samedi 27 décembre 2014

Rêve 8 : Profondeurs secrètes

Dimanche 26 février 2012


Je fais depuis quelques années ce rêve
où je me trouve au fond de l'eau,
un océan il me semble,
tant l'impression de profondeur et d'obscurité
me paraissent importantes,
tant la conscience de masse d'eau semble peser,
tant l'au-dessus me paraît vertigineux, inaccessible...
Je suis donc là assise à même le sol,
les deux jambes repliées sur le côté droit,
le regard tombant vers le sol sablonneux, désertique.
Il n'y a rien dans ces profondeurs océaniques,
pas d'horizon, pas de lumière, pas de cieux.
Je puis me voir dans ce rêve,
uniquement de dos, le corps dénudé,
les cheveux flottant autour de moi en toute liberté.
Il n'y a aucune crainte dans ce rêve pour moi
qui déteste pourtant les apnées prolongées.
Pourtant, je me réveille :
le ressenti d'une immense tristesse m'assaille alors.
.
Rêve reçu par Leeloo
.


5 commentaires:

  1. Les illustrations sont parfaites. J'avais moi aussi pensé à la petite Sirène. :-)
    Merci la Licorne.
    Mon rêve a enfin trouvé une place pour "être" et trouver le "repos" sur ton blog...

    Excellente journée à toi.
    Commentaire n°1 posté par Leeloo le 27/02/2012 à 10h35

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Leeloo...
      Je vais quand même, si ça ne te dérange pas, remuer un peu de vase...pour en donner une interprétation collective ! ;-)
      Réponse de La Licorne le 27/02/2012 à 14h39

      Supprimer
  2. Leeloo...je reviens quand même ajouter quelques mots pour te dire comment je ressens ce rêve...
    Je ne te sens pas "engloutie", ni "noyée" en fait...puisque tu te sens bien, là, au fond...dans une "matrice" sécurisante...
    De ton rêve , il se dégage de la tristesse, de la solitude, mais aussi beaucoup de beauté, de finesse (elle est charmante et séduisante, cette femme-sirène)...et de profondeur...
    En fait, j'y verrais presque un "trop-plein" d'intériorité...tu vois ?
    Trop de "yin" et pas assez de "yang" ???
    Commentaire n°2 posté par La Licorne le 28/02/2012 à 13h13

    RépondreSupprimer
  3. La tristesse naîtrait-elle du fait qu’un mouvement d’exploration de l’océan ne s’est pas engagé, la confiance manquant jusqu’à présent pour le faire, ce qui ferait ainsi paraître le fond des eaux stérile et désertique. Si la « sirène » était véritablement « envisagée » pour ce qu’elle est, si elle était regardée de face (visage) et non de dos, son aspect naturel de guide menant à la découverte des richesses du fond océanique pourrait s’actualiser et cette immense tristesse de laisser en friche déserte ce jardin des profondeurs ne serait peut-être plus ce qu’elle est. Ce rêve récurrent depuis quelques années serait alors une sorte d’invitation à donner vie, tranquillement, paisiblement, au fil de l’attention prêtée aux rêves, à la sirène qui demeure « en attente de service » au fond de l’eau. Le fond et la surface, « l’au-dessus » ,ne sont plus si éloignés l’un de l’autre lorsque la sirène, éveillée de sa longue torpeur, peut faire la navette en tissant de nombreux fils de sens nouveaux reliant ces deux niveaux de l’être. (?)
    Commentaire n°3 posté par Amezeg le 28/02/2012 à 16h09

    RépondreSupprimer
  4. Trop d'intériorité... Oui, je vois très très bien la Licorne.
    :-) Il faudrait que je remonte à la surface plus souvent…
    Je pense que je suis sur le chemin. Dans le conte, on peut même
    aller plus haut encore…
    Ce rêve effectivement n’est nullement angoissant : il
    semble y avoir de la « vie » malgré le désert des profondeurs.
    Mais il y a de la tristesse et évidemment cette solitude.
    J’ajouterai que se couper du monde comme dans le rêve est
    parfois nécessaire justement pour se retrouver. Je vis ce rêve comme
    une étape, un recueillement.
    Les commentaires d’Amezeg sont également très enrichissants.
    Merci à vous.
    Commentaire n°4 posté par Leeloo le 29/02/2012 à 22h31

    RépondreSupprimer