dimanche 16 août 2015

Rêve 35 : Préhistoire, guerre et feu

Samedi 15 août 2015

Ce rêve a été fait en mars 2000,
alors que j'étais hospitalisée pour des problèmes aux reins,
c'était une nuit où je crois j'ai été particulièrement fiévreuse .
 J'ai passé la nuit à enchaîner les rêves .
Me réveillant toute chavirée entre chacun d'eux.
Je ne sais si c'est mon état de santé qui a permis ces rêves très particuliers,
que je qualifierais de rêves lucides.


Au début du rêve, je suis assise sur une grosse pierre
sur le bord de l'eau, un lac peut-être car il est calme,
à mes pieds un marais et en face plus loin une île.
Sur laquelle je peux voir deux dinosaures à long cou,
ils semblent constituer un couple, ils sont l'un derrière l'autre.
 Je remarque que  le ciel a une couleur inhabituelle,
 il est rose, orange et violet,
c'est le jour mais l'ensoleillement est feutré,
et l’atmosphère lourde comme si l'air avait une autre densité.


Je vois soudainement près du rivage trois crocodiles préhistoriques,
le plus gros des trois s'approche de moi et ouvre grand sa gueule,
je prends peur et me jette à l'eau pour me retrouver beaucoup plus bas,
dans une grotte sombre ;
il y a  des colonnes, le lieu a été travaillé...


Je vois au début vaguement une personne qui se déplace à travers les colonnes,
ce lieu semble le sien, j'ai peur car l'individu est sombre,
je ne vois pas son visage, puis je le vois mieux soudainement
et je sens aussi qu'il m'observe, il porte un long manteau qui va jusqu'à terre,
à la place des mains du feu, à la place de la tête je crois aussi que c'est du feu
mais ne suis pas certaine, mais du feu aussi sort de son manteau
comme si il urinait du feu ou éjaculait du feu, je ne sais ,
il m'effraie vraiment...


Puis un homme torse nu arrive...
je ne vois pas son visage à lui non plus,
il me tend la main comme si il voulait que je le suive,
c'est alors que je vois sur ma gauche
une ouverture rectangulaire comme une fenêtre sans vitre,
je ne vois que du noir de cette fenêtre mais je trouve rapidement
qu'il vaut mieux que j'emprunte cette fenêtre plutôt que de rester avec eux.


Une fois la fenêtre traversée, je me retrouve
comme si j'étais les yeux de quelqu'un d'autre, je vois ce qu'il voit.
Nous sommes dans un camp militaire, nous sommes cachés derrière ces sacs
que l'on utilise en temps de guerre pour faire des remparts,
 je vois et j'entends surtout un escadron de soldats
qui marchent au rythme des cris de leur commandant,
j'entends le claquement synchronisé de leurs pas.
J'ai vraiment l'impression de me retrouver
dans ces années de guerre 39-45.


Puis je me retrouve sur le bord d'un fleuve,
il y a au loin un bateau qui brûle,
je me  promène aussi dans une ville qui est assiégée
et qui est aussi attaquée par l'ennemi,
ma mère est avec moi.
.
Rêve de Nicole
Mars 2000
.

Je me suis réveillée à la toute fin en pleurs,
j'avais l'impression que j'avais visité des zones  négatives,
je crois que la forte fièvre qui m'habitait a généré ces rêves de feu....


25 commentaires:

  1. Bonjour Nicole !
    Rentrée de vacances, j'ai enfin un peu de temps pour revenir sur ce blog...

    Merci à toi pour ce rêve impressionnant, qui nous ramène très loin dans le passé !

    Tu dis que tu as reçu ces images alors que tu avais beaucoup de fièvre et un problème aux REINS. Or, en énergétique, les reins sont le lieu de "l'énergie des ancêtres", cette énergie qui nous vient de "loin" justement...
    Tu peux lire un article sur ce sujet ici, par exemple :
    http://www.lafontainedebambou.fr/Articles/rein.html

    La première chose qui frappe dans ce que tu décris, c'est la présence du "feu" qui revient à plusieurs reprises...il est présent dans pratiquement toutes les scènes.
    Et il semblerait qu'il s'agisse du côté "dangereux" du feu et non de son côté "éclairant"...
    (homme de feu assez effrayant, incendie...).

    je vais relire les associations que tu as faites à ce sujet...et je reviens ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai relu ton association avec "Anubis aux mains de feu" :
    http://nicolaime.blogspot.fr/2015/08/anubis.html

    Oui, c'est vrai que les images de "feu" et surtout de "feu souterrain" évoquent immédiatement, dans notre culture chrétienne, l'idée de "lieux infernaux"...
    Pourtant, les Egyptiens avaient une conception différents : l'enfer est une notion qu'ils n'avaient pas...
    Anubis est avant tout celui qui "fait le passage" entre la vie et la mort, celui qui fait le lien entre les deux mondes : celui des vivants et celui des morts...entre la "vie terrestre et l'éternité"...il était considéré comme puissant mais pas forcément comme négatif, il avait même un rôle "protecteur"...dans ce passage.
    Et le feu a là surtout un rôle "purificateur"...comme tu le dis, il "purifie" les coeurs des souillures de la vie terrestre, afin que l'âme soit "pure" pour passer dans l'autre monde, dans l'éternité.
    Je ne parlerais pas de sacrifice ni d'expiation, mais plutôt de "consumer ce qui doit être consumé" pour , d'une certaine façon, s'alléger...
    (il était essentiel, pour les Egyptiens, que l'âme soit "légère" dans la "pesée des âmes" qui marquait le début de la traversée de "l'au-delà"...)

    De la même façon, la fièvre est ce qui, pendant la maladie, "brûle" les impuretés et débarrasse le corps des éléments indésirables...
    Quand elle est très forte , elle fait peur (j'en sais quelque chose, je monte très souvent, quand je suis malade, à plus de 40°C...),
    mais elle a avant tout, un rôle "protecteur" pour l'organisme...c'est elle qui "guérit"...et qui "purifie" l'organisme pour le ramener vers l'équilibre et la santé.

    RépondreSupprimer
  3. Ensuite, si l'on reprend la chronologie du rêve...malgré la diversité des scènes successives...j'y vois quand même une certaine "logique"...

    Au début, on est dans une ambiance "calme" : deux diplodocus (dinosaures herbivores et donc assez pacifiques) qui vivent "heureux" à deux (?) sur leur île...
    On a une apparence de paix et de tranquillité...mais l'atmosphère est quand même "lourde"...
    Apparaissent alors les crocodiles...
    Le crocodile est connu pour approcher sa proie "en silence", en nageant "caché sous l'eau"...avec juste les yeux qui dépassent...
    C'est donc une sorte de danger "caché", qu'on ne voit pas...qui peut surgir et vous "dévorer"...c'est aussi une "grande bouche" dans laquelle on a peur d'être "avalé"...(comme le symbole du gouffre).
    Tu te jettes à l'eau et tu te retrouves "beaucoup plus bas", tu vas donc explorer ce qu'il y a "sous la surface", sous les apparences...là où il y a "danger"...
    Ce "danger" se présente sous la forme d'un "être de feu"...vivant sous terre, sombre et assez effrayant...
    Le "feu" représente toujours une grande intensité...il y a donc là, dans l'inconscient, un "noyau" de grande intensité...quelque chose qui "brûle"...et qui "crache du feu"...et c'est un grand contraste avec le paysage calme et tranquille du début...l'"île" (isola en latin) sur laquelle on semblait vivre paisiblement...
    Il semblerait que le conscient paraisse "sans remous" mais que quelque chose de beaucoup plus intense et plus violent existe "sous la surface", dans l'inconscient...

    Et puis tu trouves un "passage" pour échapper à cette scène et tu te retrouves en "temps de guerre", donc à nouveau en période de "danger"...mais là, il y a quelque chose entre toi et le danger (les sacs empilés)...
    Comme un "rempart" entre toi et le "conflit" ?

    Puis à nouveau un incendie, quelque chose qui "brûle", mais "au loin"...et une ville assiégée...
    La ville représente souvent la "structure psychologique du rêveur"...
    Serait-ce toi qui te sentirais "assiégée" par un "ennemi" ?

    Ce rêve serait-il l'évocation d'une "guerre intérieure", d'un danger ou d'un "conflit intérieur" qui "brûle"souterrainement et risque de te "dévorer" ?
    De quelque chose (angoisse, pulsion primitive, agressivité ?) que tu chercherais à éviter (peut-être d'ailleurs à juste titre) depuis très très longtemps (préhistoire = début de la vie) mais qui revient sans cesse, d'une façon ou d'une autre ?
    Ou peut-être même d'un problème refoulé qui remonterait loin dans le passé, à ta toute petite enfance...ou même plus loin dans l'histoire familiale: à tes parents, ou à tes ancêtres ?

    Ou alors de quelque chose qui serait enfoui très très profond dans l'inconscient, plus profond que l'inconscient personnel ?
    (je pense à cet autre rêve de feu que nous avait confié Claude ("L'homme qui brûle") et qui se déroulait dans une "cave voûtée"...dans ce cas, on peut penser à l'inconscient personnel , mais dans ton rêve, Nicole, il me semble que cela vient de plus loin...de couches plus profondes...ou d'un passé très lointain)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... peut-être faut-il remonter jusqu'aux "souvenirs" intra-utérins (grotte = ventre maternel ) ?

      Supprimer
  4. Rêve de Claude :
    http://grandsreves1234.blogspot.fr/2015/03/reve-30-lhomme-qui-brule.html

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,

    Je vous fais part de quelques réflexions qui me sont venues à propos de ce rêve intéressant :
    Beaucoup de feu apparait après la vision des sauriens (crocodiles) qui sont des animaux à sang froid et des dinosaures dont, semble-t-il, on débattrait encore pour savoir s’ils étaient à sang froid ou à sang chaud...
    On parle souvent, ici ou là, du cerveau reptilien de nos origines, toujours présent sous les développements plus récents du cerveau humain. Le rêve montrerait-il que la lutte pour la vie et contre la maladie se jouait, au moment du rêve, au niveau très archaïque de la biologie de nos origines "sauriennes et dinosauriennes" ?
    ----------------------------
    «..... je prends peur et me jette à l'eau pour me retrouver beaucoup plus bas, dans une grotte sombre ; il y a des colonnes, le lieu a été travaillé..... », dit le récit du rêve.
    Je ne sais pourquoi, mais je me suis demandé si la grotte pourvue de colonnes n’évoquait pas la structure d’un rein humain.
    Une petite recherche "rein structure colonne" sur l’internet m’a conduit rapidement vers une page de Wikipedia où j’ai découvert que le rein humain est pourvu de colonnes, non travaillées par la main de l’homme..., mais sans doute parfois travaillées par la maladie et par la douleur que l’on peut imaginer, lorsqu’on urine du feu... :

    « La colonne de Bertin, ou colonne rénale dans la nomenclature anatomique (termes modernes et anciens), est une extension médullaire du cortex rénal entre les pyramides rénales. Elle permet au cortex rénal d'être mieux ancré. La médullaire rénale est constituée de multiples pyramides séparées les unes des autres par les extensions du cortex. Chaque colonne se compose de lignes de vaisseaux sanguins et urinaires et des tubes d'un matériau fibreux.
    Les colonnes rénales sont composées de vaisseaux sanguins et de tubules urinaires situés le long d'un tissu cortical fibreux.
    La colonne de Bertin doit son nom à son découvreur scientifique, l'anatomiste français Exupère Joseph Bertin ».
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Colonne_de_Bertin
    ------------------------------
    « Une fois la fenêtre traversée, je me retrouve comme si j'étais les yeux de quelqu'un d'autre, je vois ce qu'il voit.» dit la rêveuse.
    C’est peut-être que ces yeux-là sont les yeux de l’observateur intérieur qui voit les évènements biologiques en cours (le problème de santé au niveau des reins) depuis son point de vue situé au-delà des limites de la conscience éveillée limitée, point de vue libre de ces limites dont rendent compte les images du rêve.
    Et cet observateur intérieur, sis au-delà de conscience ordinaire, voit qu’une guerre, qu’une lutte a lieu au niveau biologique entre des forces opposées, des contraires dont les uns assurent la défense de la santé et de la vie tandis que les autres tendent à les détruire.

    « ...je crois que la forte fièvre qui m'habitait a généré ces rêves de feu... »
    Ce rapprochement semble très plausible et, de plus, l’affection dont souffrait la rêveuse à ce moment-là pourrait peut-être se nommer en usaant d’un terme médical courant :" INFLAMMATION " du ou des reins.

    --------------------------------

    « Puis je me retrouve sur le bord d'un fleuve, il y a au loin un bateau qui brûle, je me promène aussi dans une ville qui est assiégée et qui est aussi attaquée par l'ennemi, ma mère est avec moi. »
    La mère de la rêveuse ne représenterait-elle pas ici, dans la situation exposée par ce rêve, la part de la nature ce qui défend et soutient la santé et la vie de son enfant face aux forces de la nature qui peuvent détruire la santé et la vie ?

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  6. Deux petites erreurs de frappe ou d’inattention de ma part (il y en a peut-être d’autres...) :

    « Et cet observateur intérieur, sis au-delà de LA conscience ordinaire... »
    « ...la part de la nature qui défend et soutient la santé et la vie de son enfant... »

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  7. P.S. Je ne suis pas un robot...

    Amezeg :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement ! ;-)
      http://carl-gustav-jung.blogspot.fr/2015/05/la-machine-qui-interprete-les-reves.html

      Supprimer
  8. Très intéressant, Amezeg... en particulier les "colonnes" du rein !!!

    Bon, je l'ai déjà dit en privé à Nicole, mais il m'est arrivé aussi d'avoir une "inflammation" des reins (néphrite) accompagnée d'une très forte fièvre pendant deux ou trois jours (presque 41°C)...et il se trouve, que moi aussi, j'avais eu des rêves particuliers à ce moment-là (ou plutôt des "visions" car ce n'était pas comme dans mes rêves habituels, c'était des images très précises...et sans récit...plutôt des "flashs"...).
    J'avais vu surtout des images de "désert" (donc encore un lieu où il fait très chaud !).

    RépondreSupprimer
  9. Le début du rêve montre que la rêveuse se trouve dans une situation vitale où elle risque de devenir la victime de prédateurs à sang froid aussi dangereux et archaïques qu’un crocodile des temps les plus reculés (ils étaient gigantesques !), on peut donc songer aux différents germes pathogènes très dangereux et très anciens, eux aussi, qui peuvent dévorer un organe et la vie même d’une personne.

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  10. Peut-être...il y avait sans doute un risque vital...

    Mais si on veut faire une interprétation liée à la santé, il y a encore beaucoup à dire... :-)

    On sait que les reins sont reliés aux "liquides" du corps (il y a de l'eau dans ce rêve, au début...et à la fin) ...mais l'énergétique chinoise attribue aussi au rein une fonction "feu".
    (voir lien cité dans le premier commentaire)

    L'eau est "yin" et le feu est "yang" et normalement, ces deux-là sont en équilibre quand tout va bien...l'énergie du rein est, en temps normal, autant "yin" que "yang"...eau ET feu.
    En cas de maladie, il y a déséquilibre (trop de yang...ou trop de yin)...
    Pour les chinois, l'énergie du rein est aussi directement reliée à l'énergie sexuelle et aussi à la "force" et à la "volonté"...
    Quand elle est déficiente ou "épuisée", la personne manque de tonus ou de motivation ou de créativité...ou alors elle est facilement frileuse !
    Elle manque de "feu" dans tous les sens du terme...

    Il y a sans doute dans ce rêve (et dans cette maladie des reins) quelque chose qui veut attirer l'attention de la rêveuse sur son rapport à la "force de vie" et à la "combativité"...

    Les "pulsions archaïques" (colère, agressivité...) se manifestent au travers de ces images fortes (animaux préhistoriques, homme de feu, guerre, combat...) et, bien que dangereuses, demandent à être reconnues ?

    RépondreSupprimer
  11. Oui, en effet, la manifestation physique peut aussi être l’expression d’un conflit d’ordre psychique, et réciproquement. La remise en ordre des énergies corporelles (dites : physiques) peut dépendre ou être associée à la remise en ordre, au rééquilibrage des énergies intérieures (dites : psychiques) car toutes ces énergies sont très liées.
    Les images du rêve m’apparaissent, de prime abord, comme décrivant le problème posé par l’état de santé physique, mais cela n’exclut pas qu’elles "parlent" également de l’équilibre/déséquilibre des énergies au niveau psychique, les deux plans, physique et psychique se recoupant ou se recouvrant alors l’un l’autre.
    Le déséquilibre énergétique eau/feu qui permet peut-être l’agression au niveau rénal par un agent pathogène "assez crocodile" (croque Odile... si c’est le deuxième ou troisième prénom de Nicole... ;-) pourrait correspondre également à un déséquilibre ou désaccord entre yin et yang, entre énergies du féminin et énergies du masculin dans la psyché de la rêveuse. Quant à savoir si le désordre psychique (éventuel) a conduit au désordre physique ou si c’est le désordre physique qui a produit le possible désordre psychique, je ne saurais le dire...

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  12. Finalement, je me demande si on ne peut pas lire ce rêve "énergétiquement"...et "positivement"...

    Au début on a une image d'eau (yin) qui est une image de stagnation (marais = eau morte et dinosaures = fixation sur le passé), puis un danger surgit (crocodile), danger qui oblige à "aller voir les profondeurs" (grotte), dans l'inconscient, lieu où est enfouie une énergie archaïque (homme de feu), énergie effrayante au premier abord mais très puissante...énergie qui peut être destructrice mais aussi créatrice ? Une énergie masculine (yang) qu'il faut "recontacter" (main tendue) ?

    Puis une image de guerre : on voit des soldats, des "combattants"...(la "combativité psychique" est-elle de retour ?) et ensuite une image de fleuve (eau courante, eau qui n'est plus stagnante)...

    La "force de vie" semble être revenue...
    Les deux éléments "d'énergie" (eau et feu) sont présents simultanément... ainsi que la présence de la "mère"...ce qui mène vers une possibilité de guérison (physique et psychique), vers une possibilité de "faire face à l'ennemi" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Licorne et Amezeg de tous ces regards sur mon rêve ,qui sont souvent éclairants et parfois étonnants.
      Je ne pensais pas que tu avais eu le temps Licorne de déposer mon rêve et en plus de l'analyser ,il me semble que tu viens juste de revenir de ton congé !!, ce qui explique que j'arrive juste maintenant pour lire tout cela.Je devrai d'ailleurs le relire et prendre la peine de donner écho succinctement, et ultérieurement mais pour le moment je dirai ceci:

      même si ce rêve date de 15 ans , il me semble traduire une trame de fond, une dynamique personnelle qui ne s'est pas beaucoup modifiée depuis , cette phrase de Licorne :

      "l y a sans doute dans ce rêve (et dans cette maladie des reins) quelque chose qui veut attirer l'attention de la rêveuse sur son rapport à la "force de vie" et à la "combativité"...

      Les "pulsions archaïques" (colère, agressivité...) se manifestent au travers de ces images fortes (animaux préhistoriques, homme de feu, guerre, combat...) et, bien que dangereuses, demandent à être reconnues ?

      Ceci me ramène à cette idée circulant en psychologie que les forces d'agressivité si elles ne sont pas dirigées vers l,extérieur peuvent se retourner contre nous; la maladie étant l'expression même d,une forme d,auto-destruction.
      Ce que soumet Amezeg sur la forme du rein est vraiment spectaculaire , ces formes caverneuses...Uriner du feu...inflammation ...
      Je vais donc revenir après une seconde lecture et essaierai de pointer les éléments les plus parlants. Merci encore de votre exceptionnelle collaboration.

      amicalement nicole

      Supprimer
  13. Bonjour Nicole,

    Oui, sur ce rêve, j'ai avancé, avancé...très vite ces derniers jours (sans même attendre tes réponses, Nicole, ce dont je m'excuse), parce que je savais que plus on se rapprocherait de septembre, plus je serais indisponible (de plus, j'ai des week-end très très chargés).

    On a dit beaucoup de choses, un peu au hasard parfois... (de mon côté)...
    Ne te sens pas obligée de tout reprendre...pointe ce qui te parle le plus...ou ce qui te paraît le plus "inadéquat"...

    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. POUR NE PAS FAIRE TROP LONG , JE METS ICI QUE LES RÉFLEXIONS QUI ME SONT VENUES EN RELISANT VOS COMMENTAIRES. JE PUBLIE EN DEUX PARTIES CAR C'EST QUAND ENCORE LONG....

      1. CE RETOUR VERS LE PASSÉ ME DONNE À PENSER QUE JUSTEMENT CE LIEN AVEC LE CORPS, EST LE LIEN LE PLUS PATTANT, IL RÉFÈRE PEUT-ÊTRE À MON HÉRÉDITÉ PERSONNELLE MAIS AUSSI JUSTE HUMAINE, LES ARCHÉTYPES SONT DES POSTULATS INSCRITS DANS NOS GÈNES, LA GÉNÉTIQUE DE L'HOMME. ET LE RETOUR À LA PRÉHISTOIRE PARLE PEUT-ÊTRE DE NOS INSTINCTS , CEUX QUE LES PREMIERS HOMMES ONT CONNUS ET UTILISÉS FORTEMENT, LE CERVEAU REPTILIEN QU'IL NOUS RESTE ENCORE....


      2.OUI À PRIME ABORD LE PERSONNAGE A UN ASPECT TERRIFIANT


      3.TRÈS INTÉRESSANT LE RÔLE D'ANUBIS, COMME PASSEUR MAIS AUSSI COMME PURIFICATEUR, ET LE PARALLÈLE AVEC LA FIÈVRE EST TRÈS JUSTE.

      4.J,AIME BIEN CETTE MENTION DU CONTRASTE ENTRE LA SURFACE ET LA PROFONDEUR CAR C'EST EXACTEMENT CE QUI SE PASSE, À LA SURFACE JE M,APPLIQUE À NE PAS FAIRE DE VAGUE....MAIS EN DESSOUS ,IL SE PASSE AUTRE CHOSE.

      5.ICI, JE ME PLACE EN OBSERVATEUR, JE NE DÉSIRE PAS ENTRER DANS CETTE GUERRE, ON REJOINT L'IDÉE DU DÉSERTEUR...NON DÉSIR D'ENTRER EN CONFLIT.

      6.OUI LA VILLE FAIT ÉCHO À UNE ORGANISATION INTERNE , CERTES À L,ÉPOQUE JE VIVAIS UNE SITUATION TRÈS FORTE D'OPPRESSION, LE FEU SUR LE BATEAU MONTRAIT À QUEL POINT LA FUITE ÉTAIT IMPOSSIBLE .

      7.LA PRÉSENCE DE MA MÈRE EST ENCORE POUR MOI ÉNIGMATIQUE, LA GROTTE COMME SOUVENIR INTRA UTÉRIN, JE NE CROIS PAS , MAIS COMME MA MÈRE A VÉCU MA GROSSESSE COMME UNE GROSSESSE À RISQUE (POUR MOI SURTOUT) PEUT-ÊTRE QUE LA GESTATION A REVÊTU UN CARACTÈRE PARTICULIER, UN COMBAT NI PLUS NI MOINS POUR MA SURVIE............

      8.OUI , C'EST CE QUE JE MENTIONNAIS PRÉALABLEMENT , LA BATAILLE ÉTAIT TRÈS LIÉE AU CORPS, AU NON-DIT.
      ----------------------------
      9.OUI MON REIN ÉTAIT TRÈS AFFECTÉ, AU MOMENT DU RÊVE, LES MÉDECINS NE VOYAIENT PAS QU,IL ÉTAIT BLOQUÉ , ILS CROYAIENT JUSTE À UNE INFLAMMATION . LE DANGER ÉTAIT RÉEL..

      À SUIVRE DANS LE COMMENTAIRE SUIVANT .

      Supprimer
    2. (SUITE)

      10. OUI JE CROIS AUSSI QUE CETTE SCÈNE TRADUIT UN POINT DE VUE OBSERVATEUR DE CE QUI SE PASSE PHYSIQUEMENT .

      11.LE LIEN ENTRE L,INFLAMMATION ET LES FLAMMES DE MON RÊVE SONT PRESQUE INDISCUTABLES....

      12.J'AIME CETTE IDÉE QUE MA MÈRE ÉTAIT LÀ COMME PROTECTRICE NATURELLE.

      13.OUI LA MALADIE NOUS RECONTACTE À NOS ANCÊTRES, NOS FAIBLESSES PEUVENT ÊTRE CONGÉNITALES, MAIS AUSSI COMME TU LE MENTIONNES APPARTENIR AU GENRE HUMAIN DE PAR SA FAIBLESSE DEVANT CERTAINS GERMES PATHOGÈNES. CETTE NUIT LÀ ,JE SENTAIS QUE MON INTELLECT N'ÉTAIT PLUS LE PREMIER PENSEUR, J,ÉTAIS RETOURNÉE DANS MON CORPS LITTÉRALEMENT.

      14. LE RETOUR AU PASSÉ À CAUSE D'UNE AFFECTION AUX REINS EST UN CONCEPT SURPRENANT MAIS QUE JE NE PEUX QUE CONFIRMER.

      15.TRÈS INTÉRESSANT L'ÉQUILIBRE YIN YANG DU REIN. JE CROIS QUE LE FEU DES REINS PEUT EN EFFET REPRÉSENTER UN DÉSÉQUILIBRE , MON MANQUE DE COMBATTIVITÉ AVAIT EN QUELQUE SORTE ABOUTI À CE DÉSÉQUILIBRE , J,ÉTAIS ASSIÉGÉE , INCAPABLE DE ME DÉFENDRE CONTRE L'AGRESSION, LE FEU DE MON RÊVE REPRÉSENTAIT LA MALADIE MAIS AUSSI CE QUE JE VIVAIS DANS MA VIE, JE NE COMBATTAIS PAS LE FEU QUI ME DÉTRUISAIT. LA MALADIE REFLÉTAIT PARFAITEMENT MON IMPUISSANCE . AUSSI ON PEUT DIRE QUE LE FEU DU RÊVE ÉTAIT MON PROPRE FEU QUI N,ÉTANT UTILISÉ À L'EXTÉRIEUR , RISQUAIT DE ME CONSUMER MOI-MÊME. Répondre

      16.OUI ON SE SAIT PAS AVEC CERTITUDE SI LA MALADIE A ÉTÉ FAVORISÉE PAR UN DÉSÉQUILIBRE PSYCHOLOGIQUE, MAIS IL NE SERAIT PAS ÉTONNANT QUE CELÀ SOIT, GUY CORNEAU ÉCRIVAIT : CE QUI NE S'EXPRIME PAS , S'IMPRIME.

      17.OUI JE CROIS QUE L,ÉNERGIE DU FEU PEUT ÊTRE CRÉATRICE ET DANS CE RÊVE J'AI PU EN MESURER LA PRÉSENCE DANS SON ASPECT NÉGATIF, LE FEU PEUT DÉTRUIRE MAIS PEUT AUSSI NOUS GARDER AU CHAUD , NOUS PRÉMUNIR CONTRE LES GRANDS FROIDS, LE FEU EST ESSENTIEL À LA TRANSFORMATION ALCHIMIQUE, JUNG DISAIT :SANS ÉMOTION ,POINT DE TRANSFORMATION. LE SECRET EST DANS L,ÉQUILIBRE DES FORCES, FÉMININES ET MASCULINES.

      DANS MA VIE LES FORCES MASCULINES EXTÉRIEURES ME DÉTRUISAIENT, MAIS LA NON UTILISATION DE MA FORCE YANG AUSSI. LA MALADIE, S'EST EXPRIMÉE EN RÊVE, ELLE ME MONTRAIT LA GRAVITÉ DES DOMMAGES...J'ÉTAIS JE CROIS AUX PORTES DE LA MORT AVEC CET ANUBIS , JE NE COMPRENAIS PAS QUE LE DIABLE EN PERSONNE M'ACCUEILLE CAR DE MON POINT VUE MA VIE AVAIT ÉTÉ PAS SI MAL, ET NE MÉRITAIT PAS TANT D'EXPIATION....MAIS JE CROIS AUSSI QUE CET ÊTRE DE FEU ÉTAIT CELUI QUI ME DISAIT COMBIEN JE N'AVAIS PAS FAIT BON USAGE DE MON FEU....C'ÉTAIT L,IMPRESSION QUI ME RESTAIT .

      LA PARABOLE DES TALENTS ? QU'AS-TU FAIS DE CE QUE JE T'AI DONNÉ ?JUNG DISAIT QUE LE MONSTRE EN RÊVE EST SOUVENT QU'UN AFFECT LAISSÉ POUR CONTRE , QUI NE PARTICIPE PAS À LA DYNAMIQUE INTERNE, LE REJET A FAIT DE LUI UN MONSTRE...D'OÙ L,IDÉE DE DIALECTISER, DE COMPRENDRE SA GENÈSE ET DE LE FAIRE PARTICIPER POSITIVEMENT À L'ENSEMBLE DE LA VIE PSYCHIQUE.

      MERCI D'AVOIR APPORTER TANT DE LUMIÈRES SUR MON RÊVE.

      AMICALEMENT NICOLE

      Supprimer
  14. Eh bien...voilà un "retour" extrêmement intéressant...
    C'est très très riche ce que tu nous amènes là...Nicole .

    Je suis malheureusement beaucoup trop occupée aujourd'hui et demain pour pouvoir te répondre...
    Désolée...
    Je reviens lundi...!

    Amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ce que tu dis me paraît vraiment "juste" et je ne vais pas tout reprendre...juste revenir sur le fait qu'au moment de ce rêve, à cause de la maladie, tu étais "retournée dans ton corps, littéralement" ...

      Je viens de tomber sur un passage de Jung (dans "Séminaire de psychologie analytique de 1925, p 248) dans lequel il évoque les différentes "couches" de l'inconscient, en les comparant à des "couches géologiques"...
      Il parle de l'inconscient lié à la famille, puis un peu plus profond à la nation, ensuite à "l'homme européen", puis encore plus profond, aux ancêtres primates, puis à la sphère "animale" et enfin, tout au fond il évoque le "feu central, avec lequel nous sommes encore en relation".
      Tout comme il y a un "feu central" à l'intérieur de la Terre, il y a sans doute un "feu central" à l'intérieur de nous...une énergie première et primordiale qui est le fondement de l'énergie vitale.
      Est-ce que, pendant ta maladie...aux portes de la mort, en quelque sorte, tu serais "redescendue" jusqu'à ce niveau très profond et très archaïque, lié à une vitalité purement animale et corporelle, afin d'y trouver la "force" de survivre...?
      Est-ce que tu aurais été alors un instant en contact avec ce "feu central" , cette "énergie inconnue" qui soutient la vie ?

      Supprimer
    2. Wow Licorne, là je te suis parfaitement, je crois bien que oui ; c.est ce que j.ai vécu....

      Je n'avais pas lu ceci concernant Jung, ces différentes couches de l’inconscient , fort intéressant . Merci d'ajouter encore quelque chose à ma connaissance !! nicole très reconnaissante.

      Supprimer
    3. Normal : le livre a été publié récemment, et je l'ai acheté...hier !
      je ne l'ai d'ailleurs pas encore lu en entier...mais ça a l'air très très bien...:-)

      C'est une sorte d'"écrit biographique", dans lequel Jung rend compte, de manière assez claire (le style est oral, c'est un séminaire), de la genèse de son oeuvre et de l'essentiel de sa pensée...

      Supprimer
  15. Une dernière remarque, Nicole : il me semble que c'est précisément dans la mesure où il t'a fait toucher, en quelque sorte, aux "fondements de la vie"...que l'on peut qualifier ce rêve de "grand rêve"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui je suis d'accord , c'est sûrement dans cette mesure .

      amitiés, nicole

      Supprimer
  16. Bonjour, je m appelle Régine j ai fais un rêve cette nuit et je ne sais pas comment l interpréter
    J ai rêvé d'un crocodile il était dans la cours et à chaque que je passais devant lui il ne bougeait pas j ai même crû que c était une pierre qui avait pris la forme , j y ai même passé la main devant et dessus mais ne bougeait pas
    Par contre c est quand mon mari c est approché qu' il a bougé et un petit en est sorti et à commencé à me suivre et à même voulu me mordre et j ai dis à mon mari s m en débarrasser car j avais peur et son il l a tué
    Sauf que plustard la mère cherchait son petit elle n arrêtait pas de faire le tour de la maison dans relâche moi j avais peur qu' on finisse par se faire agresser, mais mon mari lui s'en foutait tout ce qui l intéressait c était de s'occuper de ses amis qui étaient à la maison et j ai appeler le voisin pour qu' il tue ce crocodile à coup de fusil
    Pouvez vous m aider

    RépondreSupprimer