mardi 1 décembre 2015

Rêve 38 : Le tube noir et la lumière blanche

Mardi 1er décembre 2015



La nuit dernière j’ai fait un rêve étrange. 
Je voyais un tube noir, comme un stylo,
ouvert aux deux bouts. 
Mon être était réduit à un tout petit point 
qui traversait facilement le tube
et pouvait sortir aux deux bouts. 
Lorsqu’il sortait ainsi du tube, 
il débouchait dans un espace agréable 
imprégné d’une belle lumière blanche.
.


Lorsque je me suis réveillé, 
les images étaient très présentes en moi.

J’ai tout de suite pensé à deux choses : 
la naissance d’un bébé sortant du ventre de sa mère 
et une expérience de NDE (Near Death Experience), 
où ceux qui ont vécu ce genre d’expérience, 
parlent souvent d’un tunnel à traverser 
avant de déboucher dans un espace lumineux.

Je ne suis pas un spécialiste de l’interprétation des rêves
mais celui-ci m’a tout de même interpellé.

Rêve reçu 
le 1er décembre 2015
.



15 commentaires:

  1. Bonjour, Licorne ! Je viens chez vous de chez Daniel. J'ai appris toute jeune à interpréter mes rêves, car ceux que j'ai faits à l'adolescence étaient vraiment fabuleux. Cela m'a conduite à Jung, qui m'a conduite, à l'Alchimie, à la Kabbale, qui m'ont conduite à la Rose-Croix, qui m'a conduite à une voie spirituelle issue de OM Aïvanov, puis au Cours en miracles, et maintenant à l'Advaïta vedanta... Tout s'enchaîne magnifiquement dans la vie, la voie se trace d'elle-même. Et parfois encore, un rêve se détache qui m'interpelle. Est-ce d'avoir lu et commenté celui de Daniel ? J'en ai fait un cette nuit... Ce sont des "retours sur soi". La nuit, notre conscience remâche les pensées du jour et celles qui n'étaient pas très claires sont "repassées" et comme digérées, offertes au moyen d'images de façon à éclairer ce qui ne l'était pas vraiment. Les sensations fugitives du jour sont amplifiées ; les perceptions vagues sont revues sous d'autres angles. Un rêve, à mon avis, n'est là que pour aider à "faire le point", comme une carte routière sur laquelle vous voyez où vous en êtes e votre cheminement. Bien compris, il renseigne. Mais il n'apporte jamais de "plus" ; il ne vous donnera pas ce que vous ne connaissez pas. Il n'est de révélation que de vous-même, juste un miroir. Qu'en pensez-vous ? Bien à vous, très bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aloysia, je suis ravie de rencontrer quelqu'un comme vous...qui s'intéresse au domaine des rêves et qui y est attentive...

      Votre parcours est très riche, un petit peu différent du mien, mais semblable dans le sens où les rêves nous emmènent toujours très très loin, et nous amènent progressivement à explorer tous les domaines du sens et toutes les disciplines qui s'y rapportent.
      Moi aussi, j'ai exploré de très nombreuses voies et pas seulement celle de Jung, bien que j'y revienne toujours...et oui, tout s'enchaîne magnifiquement et arrive toujours au "bon moment" pour nous faire progresser...
      Et il m'arrive souvent aussi de "renouer avec mes rêves" après m'être intéressé à celui de quelqu'un d'autre...c'est comme si l'inconscient profitait de notre "attention renouvelée" pour nous envoyer un petit message personnel...juste après.

      Ce que vous dites à la fin du message est juste : les rêves nous font souvent "faire le point" sur notre vie quotidienne...c'est bien là la fonction des "rêves ordinaires"...mais ce blog s'intéresse justement aux rêves qui "sortent de l'ordinaire", à ceux qui nous emmènent plus loin que le" journalier" et le quotidien...
      Car il y a, je crois, de très nombreuses "sortes de rêves"...on ne peut pas tous les réduire à la même fonction...ce serait un peu comme dire que tous les livres sont des "livres de cuisine" parce qu'on n'en possède pas d'autres...et que ce sont ceux-là qu'on maîtrise bien et qui nous servent chaque jour.
      Non, il y a aussi, les romans, les essais, les documentaires....etc.;-)
      Ceux-là nous apportent bien plus...même si l'on ne "fait rien" dans l'immédiat d'une "belle histoire romanesque", elle nous touche, elle nous ouvre l'esprit...etc.
      Je pense la même chose des rêves : ils n'ont pas tous une fonction "utilitaire"...mais ils ont tous quelque chose à nous dire et ils sont là pour nous "ouvrir l'esprit" , pour élargir notre conscience de nous-même et du monde.

      (je continue dans un second message, on me dit qu'il y a trop de caractères dans le message entier)

      Supprimer
  2. Ceci dit, ce qui est très juste aussi, c'est que l'interprétation qu'on en donnera sera, comme vous le dites, un "miroir"...on n'y verra, dans un premier temps, que ce qu'on est capable d'y voir...l'interprétation du rêve ou du symbole est le "reflet" du niveau de conscience du rêveur...
    On peut en faire une interprétation très terre-à-terre : "votre rêve de tube est un rêve digestif"... ;-) ou une interprétation psychologique...ou une interprétation spirituelle...et encore bien d'autres...
    Aucune de ces interprétations n'est entièrement fausse, aucune n'est inintéressante...mais elles reflètent évidemment le "niveau" où l'on se situe...

    Tout l'intérêt du travail sur les rêves est d'arriver, justement, à dépasser la première idée qu'on en a et à aller voir un peu plus loin, vers ce qu'on ne connaît pas encore...vers l'inconnu qui cherche à se dire...c'est un peu comme apprendre une langue étrangère, d'abord on ne comprend pas grand-chose, puis, peu à peu, on comprend de mieux en mieux...
    Et puis, à force de "rester en présence du rêve", de le "garder avec soi", de le "méditer" en quelque sorte, quelques "lumières" se font...quelques "éclairs de compréhension"...nous parviennent (parfois par une conversation, un livre, une synchronicité...). Au fur et à mesure du "travail" sur les symboles, on se rapproche des zones "inconnues" de notre être...et du "mystère" qui nous constitue...

    Alors, non, je ne dirais pas que le rêve ne nous apporte "rien de plus " que ce que l'on connaît déjà...je dirais tout le contraire : le rêve est au contraire la voie royale vers "tout ce qu'on ne connaît pas encore de nous" mais qui est là, prêt à se dévoiler si l'on y est attentif...et pour cela, le rêve utilise des symboles, des images qui peuvent par analogie avec "ce que nous connaissons déjà" nous mettre sur la voie de la compréhension...

    Pour moi, les "grands rêves" sont des révélations...mais des révélations qui ne se donnent qu'à ceux qui font le travail nécessaire pour y avoir accès...le mot "travail" état d'ailleurs assez mal choisi, disons plutôt "qui prennent le temps de méditer longuement leurs rêves"... :-)

    Très bonne journée à vous aussi...

    RépondreSupprimer
  3. Je reviens maintenant au rêve de Daniel et à ce que vous en disiez sur son blog :

    "Le mot de la fin est que seul le rêveur peut interpréter ce qu'il a rêvé, car celui-ci fait "résonner" quelque chose en lui lorsqu'il le relate clairement.
    Cependant, te connaissant, voici mon ressenti : tu fais du yoga ? Tu médites ? Si tel est le cas, en méditation tu as l'impression de t'extraire de ta prison corporelle et de déboucher dans un espace de liberté ou tu te sens "très bien". Le rêve a reproduit cette sensation de façon imagée, en y associant les fantasmes que tu as pu avoir sans bien t'en rendre compte à son sujet (naissance, NDE...).
    Mais n'oublions pas que le rêve n'est jamais que la "décompensation" nocturne des impressions diurnes ! Ce qui est particulièrement utile lorsque dans la journée elles n'ont pas été consciemment perçues."

    Je suis assez d'accord avec le début : non pas sur le fait que seul le rêveur puisse interpréter son rêve, mais sur le fait qu'il est le seul à pouvoir dire si l'interprétation est juste...
    Dans le cas où elle "touche juste", elle provoque une sorte de "déclic" en lui...
    (sachant que plusieurs interprétations peuvent être "justes"..).
    Personne ne peut "imposer" une interprétation...on peut juste proposer des "pistes"...

    Et je trouve très intéressante l'évocation de la méditation qui fait "sortir de la prison corporelle" : il me semble qu'il y a bien dans ce rêve quelque chose de cet ordre ( ce que Daniel confirme...).

    Seules les deux dernières phrases me gênent un peu : pourquoi ne voir là qu'une "décompensation" ?
    Pourquoi "réduire" ce rêve à cela, alors qu'il est un rêve agréable, un rêve qui fait du bien, un rêve d'expansion ?
    Et qu'il n'y a pas, ni dans le déroulement ni dans la "chute" du rêve, quoi que ce soit de négatif ?

    Pourquoi ne pas y voir une "réalité" ?

    RépondreSupprimer
  4. Je me permets de mettre mon grain de sel. Tous les messages visant à interpréter mon rêve m'ont fait prendre conscience d'une aspiration profonde. A chaque fois que je médite, je tente d'élargir ma conscience en m'ouvrant au cosmos. La respiration m'aide beaucoup. C'est comme un voyage dans un autre monde. Le point dans le stylo qui débouche vers la lumière peut symboliser cela.

    RépondreSupprimer
  5. Oui, Daniel, je voyais bien ton expérience de la méditation et de la respiration comme cela : une voie vers un élargissement de conscience, un "voyage intérieur" qui permet d'accéder à un autre monde , bien plus vaste que le monde ordinaire (le tube obscur), voyage qui "ouvre au cosmos" et à la "lumière" d'une autre connaissance...

    Ce qui est intéressant aussi, c'est que tout ton rêve tourne autour des opposés fondamentaux : l'obscurité et la lumière, le noir et le blanc, le passage étroit et l'espace, le point et l'infini, la fermeture et l'ouverture, la limitation et l'illimité...

    Je ne peux pas m'empêcher d'y voir un rapport avec ce dont je traitais dans mes articles précédents : l'accès possible à notre "part" la plus mystérieuse, celle qui nous dépasse infiniment, notre "part illimitée"...

    Et c'est bien sûr en rapport avec ce que vivent les personnes expérimentant une NDE : le tunnel sombre et la lumière aperçue au bout sont une expérience directe de "sortie" de notre vie limitée, une "sortie du corps", de ce corps matériel qui, tout en étant une merveille, est aussi... d'une certaine façon, une prison.

    Il y a fort heureusement d'autres façons, avant la mort, d'accéder en partie à ces "espaces de lumière", la méditation en est une...
    Il y en a aussi d'autres... Par exemple : la contemplation, la proximité avec la nature, l'écriture inspirée, la musique...les rêves ! :-)
    Tout ce qui nous "sort" de notre ego et nous fait toucher à l'infini...

    Bien sûr, certains voient cela comme une "évasion", une "échappatoire"...moi, je le vois plutôt comme un retour au "réel", à ce que nous sommes vraiment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je vois aussi un rapport entre ton rêve, Daniel et celui-là :
      http://grandsreves1234.blogspot.fr/2015/09/grand-reve-le-chemin-initiatique.html

      Là aussi, il y a un "chemin dans l'obscurité" qui débouche, au final, sur la lumière...

      Supprimer
  6. Bonjour,

    À propos de ce rêve, comme à propos de tout rêve, je me demande dans quel contexte intérieur et extérieur il est advenu. Quels étaient les évènements remarquables* extérieurs ou/et les préoccupations, les pensées, les réflexions, les imaginations, etc. qui accompagnaient peut-être le moment de la vie de Daniel au cours duquel est né ce rêve.

    J’ai vu sur son blog que Daniel pratique et enseigne le Yoga depuis longtemps et que l’article qu’il y a publié juste à la suite de celui consacré au rêve du tube noir s’intitule "Les églises et moi". Dans cet article Daniel dit combien il apprécie le decorum des églises et les odeurs qui y flottent etc. Je le cite :
    « J'ai toujours été attiré par les églises, leur ambiance, leurs odeurs et leur décorum. Chaque fois que je pars en voyage , je me débrouille très souvent pour visiter toutes les églises du coin. J'aime beaucoup le style baroque que j'ai eu l'occasion d'apprécier dans les églises siciliennes, notamment dans le sud de la Sicile, du côté de Syracuse. Eglises colorées, aux décors chargés d'or avec des anges et des statues un peu partout. Quant aux autels ! Je me promène dans les allées, regarde les saints, la Sainte Vierge et le Christ toujours crucifié( ce que je regrette, on pourrait aussi le présenter autrement!), la chaire pour les prêches, le confessionnal. »

    Alors je me demande, ce n’est qu’une question qui me vient, qui me traverse, si le tube noir (austère) dans lequel l’être de Daniel est réduit à un petit point ne s’oppose pas, par contraste, aux couleurs, aux formes, aux odeurs, etc. des églises (en particulier baroques...) et à la belle lumière de l’Italie. Si une spiritualité plus riche d’expressions chaudes et colorées, parfumées, ne tenterait pas un peu le yogi, l’ascète de la spiritualité dépouillée, s’il n’y verrait pas la possibilité d’une dilatation de son être peut-être trop réduit à un petit point dans la pratique (trop) ascétique que pourrait être le yoga pour un occidental ?
    Ce passage à une spiritualité exprimée de façon plus "baroque" pourrait aussi être comme une nouvelle naissance, une naissance à un Daniel dilaté et non plus réduit à un point dans un tube noir... ??

    Amezeg

    * remarquable ne veut pas dire extraordinaire, mais signifie simplement : que l’on a pu remarquer, au dehors ou/et en soi-même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Amezeg...
      Contente de te retrouver...tu nous manquais ! :-)

      Je laisse Daniel te répondre...mais il est vrai que dans cette image de tube noir qui débouche sur une lumière, il y a aussi l'idée d'un "passage" (à autre chose ?) et que ce "passage" peut être quelque chose d'actuellement en cours...

      Supprimer
    2. Merci, La Licorne, pour cet aimable accueil ! :-)

      J’ai plaisir à venir et à revenir ici m’étonner à chaque fois du génie des rêves, grands ou moins grands, m’étonner de leur intarissable inventivité, de leur humour, qui est fréquent ; m’étonner encore du soin qu’ils prennent de nous montrer ce que nous ignorons de nous-mêmes parce que le point de vue conscient est envahissant et craint de perdre la face ou/et le pouvoir et la confiance excessive que nous lui accordons, parce que la bonne distance ou le bon angle de vue nous manquent, parce que nous préférons ne pas voir ce qui va déranger l’ordre bien établi et sans surprises de "nos petites affaires",qu’elles soient d’ordre matériel ou autre.
      M’étonner avec reconnaissance et avec bonheur du soin qu’ils prennent à nous montrer aussi que notre horizon est plus vaste que nous ne le croyons trop souvent et que nous avons trop souvent oublié que « l’homme passe* infiniment l’homme »...

      Amezeg

      *dépasse

      Supprimer
    3. Ce qui est sûr, c'est que ma façon d'enseigner a beaucoup évolué depuis un an. Je fais de plus en plus appel à mon intuition et à mon ressenti pour sortir du cadre traditionnel du yoga. J'essaie de faire partager mon ressenti par la parole et travaille de plus en plus sur les plans invisibles. Difficile d'expliquer par les mots comment j'anime mes cours.
      Autre remarque. Comme tout être humain je navigue entre la lumière et les côtés sombres de mon être. Il y a le côté pile et le côté face et il n'est pas toujours facile d'effacer ses démons. Bon, on fait avec et on essaie de se centrer sur le positif

      Supprimer
    4. Eh bien, Daniel, ce rêve pourrait éventuellement encourager la poursuite de cette sortie du cadre traditionnel du Yoga entamée depuis un an, encourager la sortie dans un espace d’enseignement plus agréable* sans être pour cela privé de "lumière"*, c’est à dire tout en demeurant éclairé par la pratique fondamentale du yoga. Ça me fait aussi penser à la dernière image ou dernière étape du processus de "L’apprivoisement de la vache (ou du buffle)" selon le Zen. Lorsqu’il parvient à cette étape le pratiquant n’a plus besoin de se tenir éloigné du monde ou/et des sens ordinaires pour demeurer relié à l’essentiel : " il va sur la place du marché et se mêle aux buveurs et aux bouchers", pour faire une comparaison avec le rêve on pourrait dire qu’il sort du tube noir et entre dans un espace ouvert à tout le monde, sans que la lumière intérieure le quitte. Certains auteurs du Zen disent même que le pratiquant peut à l’occasion s’enivrer avec les buveurs sans perdre le bénéfice de cette lumière intérieure. Il peut en somme jouir des formes sans se perdre totalement en elles et cela lui permet peut-être de mieux faire circuler cette lumière parmi les gens qu’il côtoie, sans même qu’il en ait conscience. Les "démons" entrent parfois au service de la lumière " à l’insu de leur plein gré" comme disait l’autre...
      Est-ce bien ce que ce rêve pourrait suggérer ? Peut-être...

      Amezeg

      * « Lorsqu’il sortait ainsi du tube, il débouchait dans un espace agréable imprégné d’une belle lumière blanche. »

      ** "les plans invisibles"

      Supprimer
  7. Je crois comprendre ce que tu évoques, Daniel...je fais un peu la même chose ...depuis une dizaine d'années...
    Il s'agit de "sortir du schéma "linéaire et habituel" (le tube) et de s'ouvrir à la "lumière de l'instant présent" ...qui se présente souvent sous forme d'intuitions...quant à ce qu'il convient de faire...ou de dire...
    C'est une autre façon de fonctionner...on est "ouvert à l'imprévu" et à ce qui nous dépasse...on passe de l'habituel à l'inhabituel , du visible à l'invisible, du connu à l'inconnu...comme ton "petit point" passe -facilement- du tube "restreint" à l'espace lumineux et "ouvert"...
    C'est ça ? :-)

    Quant aux côtés sombres de la personnalité, on essaie tous de les intégrer le mieux possible...ce n'est jamais totalement fini...;-)
    Je peux me tromper, mais je n'ai pas l'impression que ton rêve soit un rêve d'ombre...
    Etre enfermé dans le "tube noir" m'évoque plutôt le fait d'être "séparé de la lumière", d'être "confiné dans le noir" ...mais avec la possibilité pour le petit "électron libre" d'en sortir...par un bout ou par l'autre...
    Ce tube pourrait aussi, peut-être, représenter le trajet de la Vie (on vient de la Lumière, on y retourne, et, entre les deux, on est en quelque sorte "prisonnier dans le noir", on ne sait pas trop ce qu'on fait là ?...sauf si l'on "s'éveille"...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça. Du moins je le ressens comme ça. Une autre façon de fonctionner

      Supprimer
  8. " Il peut en somme jouir des formes sans se perdre totalement en elles et cela lui permet peut-être de mieux faire circuler cette lumière parmi les gens qu’il côtoie, sans même qu’il en ait conscience.**"

    J’ai oublié de mettre deux astérisques dans le corps de mon précédent commentaire. C’est à cet échange inconscient, à cette communication imédiate "d’inconscient à inconscient", que je rattachais le travail "sur les plans invisibles".

    Amezeg

    RépondreSupprimer