jeudi 17 novembre 2016

Le contact avec le Soi : Danger ?

Jeudi 17 novembre 2016


Autres images du Soi

De même que le règne végétal culmine en l'arbre, le règne minéral culmine dans les pierres précieuses.

Si les pierres ont servi de repères pour marquer les hauts lieux de l'humanité, c'est l'arbre ou le bois qui ont marqué les grands moments : le pommier de L'Eden, l'arche de Noé, l'arbre de Jessé (Isaïe), l'arbre de la croix, l'arbre sous lequel Bouddha a connu l'illumination, l'arbre de vie de l'Apocalypse.

Il y a dans les rêves des allusions plus discrètes au grand homme, sous forme d'hommes puissants qui nous aident. les images des vieux sages sont aussi des images du Soi.

Passé la quarantaine, les rêveurs reçoivent plutôt l'image d'un jeune homme, beau comme un prince, pour manifester la présence du Soi. Il s'agit de l'affirmation de la vie intérieure en face des forces extérieures qui déclinent.


Le Soi prend encore pour se représenter l'image de la pierre dressée (origine des pierres tombales), qui est minérale par la matière et végétale par son port, comme nous l'avons vu dans le  rêve du Mont Athos
(grand rêve à lire en fin de page)


Le contact dangereux avec le Soi

Toute évolution suppose changement et tout changement comporte des risques. C'est surtout la découverte et l'acceptation pratique de la quatrième fonction du psychisme, l'intuition, qui mettent en branle un nouveau dynamisme. Cette pierre de base repose sur le sol de l'inconscient et y ouvre une percée.(...)
Cette percée nous met en communication avec l'immense réservoir de l'inconscient.


Mais là où attendent les trésors, attendent les gardiens des trésors. Car du jour àù nous nous ouvrons à l'inconscient et que l'inconscient est ouvert, nous sommes en relation avec l'inconscient collectif duquel s'écoule une énergie pure, mais qui devient positive ou négative selon nos dispositions.
Nous servons de filtre transformateur de cette énergie et nous en déterminons la nature. Voilà ce qui fait dire qu'il y a, comme dans les contes, un gardien dangereux qui veille sur un trésor.
Comme nous ne sommes pas parfaits, nous parviennent habituellement des effets négatifs avec les effets positifs.
Notre première réaction est de croire que nous sommes punis. Mais ce n'est le fait que d'une autre loi qui s'applique, que nous ignorons et qu'on pourrait appeler la loi de la distorsion personnelle.
Quand on vient en contact avec la source d'énergie à l'état pur, cette énergie produit des effets positifs ou négatifs selon le facteur des dispositions personnelles.

La nocivité des effets s'accroît d'autant que nous ne traduisons pas en action les nouvelles conclusions auxquelles nous arrivons grâce au contact avec l'inconscient. Les effets positifs se traduisent surtout en éclairage nouveau qui demande une nouvelle conduite. C'est une connaissance qui oblige.
Se contenter de comprendre fait encourir des dangers certains.

Jung considère que"...toute forme de vie, même élémentaire, contient sa propre antithèse.", soit ce qu'il faut pour son existence et son anéantissement. Il en conclut que l'inconscient collectif contient autant de mal que de bien.
Certes les rêves nous avertissent des dangers encourus quand ils nous mettent en présence du lion. " (...) qui représente le danger d'être englouti  dans et par l'inconscient".
Mais il s'agit là d'avis de danger, comme on en place à côté des centres électriques importants. Croire dès lors que l'inconscient contient autant de mal que de bien, c'est commettre une erreur de perspective.


L'inconscient collectif est un réservoir de matière énergétique à l'été pur. Sa nature ne nous autorise pas à affirmer qu'il contienne quoi que ce soit de négatif. Autrement, c'est comme si l'on affirmait que l'électricité en soi est bonne ou mauvaise. l'électricité est une énergie qui est de nature neutre. On ne saurait dire du Soleil, par exemple, qu'il est en soi bon ou mauvais. Ses effets peuvent l'être.
De même , ce sont les effets de l'électricité qui sont positifs ou négatifs. Selon l'usage qu'on en fait, cette énergie peut produire la torture, faire briller la lumière ou rayonner la chaleur.
(...)
La fascination qu'exerce le Soi est évoquée par la présence aussi du serpent ou du dragon, gardiens traditionnels des trésors.le serpent qui se mord la queue ne décrit-il pas d'ailleurs le cercle de la totalité du Soi ?



Les contacts forts avec le Soi amènent maintes fois l'individu à subir une sorte d'inflation de personnalité, qui se signale extérieurement par des vertiges et des chutes : on n'a plus les pieds sur terre !
Une personne qui se trouve dans cet état croira, par exemple, avec une exaltation croissante qu'elle a percé les grandes énigmes de l'univers, perdant ainsi tout contact avec la réalité humaine. Un symptôme caractéristique de cet état est la perte du sens de l'humour et des contacts humains.
L'émergence du Soi peut donc mettre en danger le Moi conscient.

Il s'agit alors d'une surestimation de la personnalité consciente : le Moi se prend pour le Soi.
Un vent de mégalomanie nous identifie au grand homme."En pareil cas, le Moi ne peut se défendre qu'en prenant une conscience complète de sa faiblesse ou de son dénuement en face des puissances de l'inconscient et en se les avouant. Pour se garantir au mieux, "(...) il est d'une importance essentielle que le Moi continue de fonctionner normalement. 
Ce n'est que si je demeure un être humain ordinaire, conscient de son incomplétude, que je deviens réceptif aux processus significatifs de l'inconscient."

Toute action du haut déclenche une réaction du bas. Cette compensation est naturelle et donc inévitable..De sorte qu'une chute suit toute élévation et à toute chute peut succéder une élévation. N'est-ce pas là la suite, le schéma répétitif du "péché originel" ? Toujours est-il que c'est ainsi fait. Les vibrations élevées du monde d'en haut commandent la même intensité de vibrations du monde d'en bas. C'est comme si les grands vents qui agitent la ramure de l'arbre en transmettaient les vibrations jusque dans les racines. On pourrait appeler cela la loi de l'alternance.


Pour pallier le plus possible le contrecoup normal du contact avec l'inconscient, on peut soi-même créer, et partiellement mieux contrôler, ce retour au monde d'en-bas, si l'on s'astreint à des besognes bien terrestres, à du travail manuel, à toute activité qui implique surtout le corps : sport, danse, sexualité, travail...(...)
.
Laurent Lachance
"Les rêves ne mentent pas"
.




 (*) Grand rêve de l'auteur 
"Le Mont Athos"

Je dois refaire le Mont Athos. 
Il se dresse devant moi, 
comme un menhir tout couvert de diamants. 
C'est sous la terre, mais la luminosité des diamants 
me permet d'apercevoir la voûte 
au-dessus de la pierre dressée. 
.



5 commentaires:

  1. Oui peut etre que les tetes de l'ile de pasques, les menhirs était des cultes au grand grand homme, au soi jungien, a l'homme dans les reves. Je dis soi jungien parce qu'il existe 2 soi, le soi selon ramana maharashi ou la lumiere et le soi jungien, le porteur de lumiere.

    Et quant au Moi s'il doit continuer de fonctionner normalement je ne sais pas c'est a chacun d'en décider, seul Jesus et le Bouddha aurait le droit donc fonctionner sur un mode d'inflammation et nous non , il faut qu'on reste toujours a la meme place ? je ne pense pas , si on te donne une valise d'argent tu dis non ? tu dis au mec non gardes la je dois rester ou je suis, pauvre jusqu'a ma mort ? faut voir ce que l'inconscient donne en fait... l'inflammation oui mais de quoi ? parler un peu fort c'est ca l'inflammation ?, se prendre pour un sage ? on empechera personne de dormir avec ca ! faut toujours garder le profil humble et bas, rasé les murs ? je crois pas, faut etre comme on est.

    lol !

    Abraxas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l est fort louable de vouloir aller au bout de soi-même et au bout de ses possibilités...
      Mais l'inflation, c'est le manque de lucidité par rapport à sa véritable progression.
      Un peu comme le lièvre de la fable, qui se croyait déjà "arrivé" alors qu'il n'était pas parti...

      Supprimer
    2. Cher Abraxas, j'ai bien reçu ton commentaire-réponse, mais voilà, ça manque un peu de cohérence et d'élégance tout ça... je ne suis pas sûre que l'"inflammation de Jésus" et les problèmes gastriques de Bouddha soient d'un grand intérêt dans la discussion...et donc, j'ai décidé que je ne publierais pas tes propos...
      Jusque-là ce blog avait gardé une certaine "tenue" et je tiens à ce qu'il en soit de même à l'avenir...
      C'est juste une question de politesse et de respect.
      Je pense que tu peux le comprendre, mais si ce n'est pas le cas...ben, ça ne changera rien à ma position. :-)

      Supprimer
  2. Bonjour, je vis des alternances telles qu'elles sont décrites dans votre article. Depuis que j'essaye d'interpréter mes rêves, ils sont de plus en plus lumineux. Mais chaque mort (symbolique) est un passage difficile, chaque fois je pense laisser tomber ce processus.
    Et je confirme qu'un travail et des actvités "terre à terre" permettent de progresser malgré tout. Bonne continuation :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre témoignage...
      Oui, la voie des rêves, c'est un parcours au long cours...
      Il y a des hauts, des bas, ce n'est pas une progression linéaire.

      Le processus d'évolution inconscient, c'est un peu comme la croissance d'un arbre : plus on veut se rapprocher du ciel, plus il faut un enracinement solide, un ancrage puissant.
      Avoir "les pieds sur terre" est absolument essentiel...pour garder l'équilibre.
      Le contact avec la nature, les activités corporelles, la vie quotidienne et ses tâches... y contribuent puissamment.

      Jung lui-même se retirait fréquemment dans sa maison de Bollingen (maison sans confort et sans électricité) où il vivait de façon rustique, taillant la pierre et coupant son bois, ce qui lui permettait de s'équilibrer, et de continuer à fréquenter l'inconscient ...sans dommage.

      Supprimer