vendredi 31 mars 2017

L'arc-en-ciel et La caverne des brigands

Vendredi 31 mars 2017


Rêve d'une fillette de six ans
Récit de la rêveuse 

Il y avait un bel arc-en-ciel
qui s'élevait tout juste devant moi.
Je suis montée dessus, 
et je suis arrivée jusqu'au ciel.
De là-haut, j'ai crié à mon amie Marietta 
qu'elle devait monter aussi.
Mais elle a hésité si longtemps
que l'arc-en-ciel s'est évanoui,
et je suis retombée.
.


Rêve d'un petit garçon de 4 à 5 ans

Tout d'un coup, je me suis trouvé dans une caverne sombre, 
une caverne de brigands, 
qui n'était éclairée que par un feu, dans un coin.
Autour de ce feu, plusieurs personnages étaient assis.
j'ai particulièrement remarqué deux des brigands ; 
l'un était très grand et très fort, et l'autre, 
maigre comme un échalas, riait, l'air canaille.
J'avais faim; j'ai demandé un morceau de pain. 
Le grand est venu vers moi et m'a fait peur 
en me parlant avec rudesse.

Le tout maigre, au contraire, m'a coupé des morceaux 
d'un gros pavé de terre glaise, 
et me les a tendus avec un sourire bête. 
Ils sont restés tous les deux debout à côté de moi 
jusqu'à ce que j'aie fini de manger les morceaux. 
Je les ai mangés avec beaucoup de dégoût, 
et ça m'a réveillé.
.


Commentaire de Jung 
(sur ce deuxième rêve) :

Le présent rêve a été fait par un petit garçon dans sa cinquième année. 
Il n'a pas été rapporté, lui non plus, par l'enfant , 
mais par l'adulte qu'il était devenu entre-temps. 
Comme je l'ai déjà dit lors de la première heure, 
nous n'avons ici affaire qu'à des rêves de cette espèce.

Les rêves d 'enfance que l'adulte peut encore se rappeler 
ne sont pas des rêves quelconques ;
ils sont de ceux que la mémoire a retenus 
parce qu'ils englobent entièrement des périodes distinctes, 
plus ou moins longues, de la vie humaine.

Si nous considérons brièvement un tel rêve, 
nous ne comprenons pas tout d'abord pourquoi il a été retenu.
Mais si nous sommes en mesure de remonter à son origine, 
nous pouvons le plus souvent trouver certaines raisons 
pour lesquelles il a pris tant d'importance.

Quand quelque chose a fait sur nous dans notre enfance 
une impression profonde, nous sommes fondés à supposer 
qu'il y a dans la chose elle-même un élément tout à fait essentiel, 
ou bien qu'il s'est produit, au voisinage immédiat 
de ce que la mémoire a retenu,
 un événement d'une telle importance 
qu'il concerne tout le déroulement ultérieur de l'existence.

Il y a bien, en effet, des souvenirs d'enfance de ce genre : 
tout d'un coup il resurgit une odeur de pain, ou de pain et de lait,
 ou encore une scène où la mère a laissé tomber une assiette 
-autant de choses qui semblent en elles-mêmes tout à fait insignifiantes, 
mais à proximité desquelles on retrouve des éléments ou des circonstances 
qui ont été d'une grande importance pour l'évolution ultérieure de l'enfant.
.
C.G. Jung
"Les rêves d'enfant" Tome 1
.

mercredi 29 mars 2017

Rêves fondateurs

Mercredi 29 mars 2017


Les rêves précoces faits par de petits enfants
sont souvent fondateurs. 
Ils sont  issus des profondeurs de la personnalité 
et proposent, selon Jung, 
une sorte de schéma du destin psychique de l’enfant.
.
.

Il se peut que surviennent ensuite des rêves positifs,
mais ils n'ont pas la même importance
que les rêves de l'enfance.
En effet, l'enfant est beaucoup plus proche
de l'inconscient collectif que l'adulte.
Il vit encore au contact direct des grandes images.

Il y a dans la vie des points culminants :
la puberté, le milieu de la vie
-où les grands rêves interviennent à nouveau,
rêvés à partir des profondeurs de la personnalité.

Dans la vie de l'adulte, les rêves se rapportent
le plus souvent à la vie personnelle.
Ce qui est au premier plan, alors,
c'est la Persona :
le noyau, l'essentiel de la personnalité
est déjà loin depuis longtemps,
il est peut-être devenu inaccessible.
.
C.G. Jung
"Les rêves d'enfant" Tome 1
.


samedi 25 mars 2017

Rêve 46 : Dans la montagne

Samedi 25 mars 2017


La première fois que j'ai fait un grand rêve, j'étais très jeune. 
Je devais avoir 8 ou 10 ans. 
J'ai fait ce même rêve au moins deux fois, peut-être trois.
  
Je quittais l'endroit où je vivais à la campagne.
Dans un de ces rêves, je disais adieu à mon cheval.
  
Et je me retrouvais au pied d'une haute montagne 
accompagnée d'un compagnon poilu : 
un ours qui marchait comme un humain mais ne me parlait pas.


Et là commençait un long périple. 
 Je n'escaladais pas cette montagne, j'entrais dedans.  
J'entrais dans un tunnel et marchais à quatre pattes à l'intérieur.  
L'ours me suivait.  
Après avoir ainsi rampé dans le noir un bout de temps, 
nous arrivions à une pièce creusée dans la montagne 
où se trouvaient un ou des bureaux anciens
et sur ces bureaux je découvrais des petits coffrets, des fioles.  
Et j'ouvrais chacun de ces petits contenants.


Chaque fois, j'avais un merveilleux sentiment
en découvrant ce qui se trouvait là.   
Le rêve ne me montrait jamais le contenu.  
Et le périple continuait.
De nouveau je rampais dans le noir, l'ours derrière moi, 
et puis je découvrais une nouvelle pièce
où se trouvaient un ou des bureaux sur lesquels reposaient 
des petits coffres, des fioles.
Et chaque fois que j'ouvrais un de ces contenants, 
je ressentais un nouvel émoi.  Et le rêve continuait ainsi.  
Je découvrais toujours de nouvelles pièces,de nouveaux trésors,
 quatre fois, cinq fois, six fois ...  
C'était magique!

Rêve reçu par 
Michelle
.
J'ai compris plus tard que ce rêve préfigurait mon cheminement intérieur, 
avec ses moments pénibles dans le noir, 
mais aussi toutes les petites découvertes 
qui ont jalonné ma vie et m'ont permis peu à peu de me connaître 
et de m'aimer comme je suis.
.



samedi 18 mars 2017

Murmure de la nature

Samedi 18 mars 2017


Les rêves naissent dans un esprit qui n'est pas tout-à-fait humain, 
mais ressemble plutôt à un murmure de la nature.
.
C.G. Jung
"Psychologie et religion"

jeudi 16 mars 2017

Rêve et symboles

Jeudi 16 mars 2017


Lorsque nous voulons explorer cette faculté 
qu'a l'homme de produire des symboles, 
les rêves constituent le matériau le plus fondamental 
et le plus accessible à notre examen.

Il faut ici tenir compte de deux points absolument essentiels : 
d'une part, le rêve doit être traité comme un fait, 
à propos duquel on ne doit pas avoir d'idée préconçue, 
sinon qu'il a d'une manière ou d'une autre un sens, 
une expression spécifique de l'inconscient…. 

Plus généralement, il est tout à fait stupide de croire qu'il existe 
des guides préfabriqués et systématiques pour interpréter les rêves,
 comme si l'on pouvait acheter tout simplement un ouvrage à consulter
 et y trouver la traduction d'un symbole donné. 

Aucun symbole apparaissant dans un rêve ne peut être
 abstrait de l'esprit individuel qui le rêve, 
et il n'y a pas d'interprétation déterminée et directe des rêves. 

La façon dont l'inconscient complète ou compense la conscience 
varie tellement d'un individu à l'autre 
qu'il est impossible d'établir dans quelle mesure 
on peut classifier les rêves et leurs symboles. 
.
C.G. Jung
"L'homme et ses symboles"
.



Symbolon

Le mot symbole vient du grec sumballein qui signifie "réunir".
Il s'agit de réunir en faisant communiquer
le monde de l'âme et celui de l'esprit.

Le mot symbole désigne donc ces êtres :
mots, locutions, figures littéraires,
dessins, choses, gestes, personnes...
dont la rencontre aide l'âme consentante
à s'ouvrir à l'esprit.
.
Michel Fromaget
"La drachme perdue"
.


lundi 13 mars 2017

J'ai rêvé dans ma vie...

Lundi 13 mars 2017


J'ai rêvé dans ma vie
des rêves qui ne m'ont plus quitté(e),
et qui ont changé mes idées ;
ils se sont mêlés à moi, 
comme l'eau se mêle au vin, 
et ils ont modifié la couleur de mon esprit.
.
Emily Brontë
.

dimanche 12 mars 2017

Symbolisme des couleurs

Dimanche 12 mars 2017

Nous voyons souvent des couleurs dans nos rêves
et très peu y portent de l’intérêt, 
cependant, elles ont leur importance…

La signification des couleurs dans les rêves peut être très révélatrice 
de ce qui se passe dans les eaux les plus profondes 
qui s’agitent à l’intérieur de nous. 

La signification des couleurs 
ajoute une autre couche de compréhension
à l’interprétation des rêves .

(Par exemple, si nous rêvons d'un oiseau ou d'un serpent, 
la couleur de l'oiseau ou du serpent 
ajoutera quelque chose à la signification de celui-ci...)

Voici quelques réflexions
sur la signification des couleurs dans les rêves.
Prenez seulement ce qui vous plaît,
et laisser tomber le reste.
Votre ressenti par rapport à une couleur est unique.

Personne ne peut avec précision  dire
quel est le message plus profond d’un rêve,
mais vous, oui. Les rêves sont intensément personnels
 et il est logique que vous en soyez le meilleur interprète.  



Bleu :

Le bleu est une couleur "céleste".
Il représente tout ce qui est "spirituel" et "élevé"...

Le bleu est sans doute la plus belle couleur 
que nous puissions rencontrer dans les rêves. 
Il n'est, à notre connaissance, jamais ressenti de façon négative. 
Le bleu se décline du plus clair au plus foncé, du bleu ciel à l'indigo.

Il symbolise la conscience qui s'éveille, l'homme conscient du monde, 
l'homme qui suit les chemins de l'évolution,
qui s'interroge et qui regarde vers le ciel.

D'une manière générale le bleu révèle le processus 
du passage de l'inconscient vers le conscient, 
la prise de conscience d'une réalité ou d'une richesse intérieure 
que nous ne soupçonnions pas.

Une expérience récente est souvent le déclencheur de la découverte 
de ce potentiel ou de cette compréhension d'une réalité différente.
Cette expérience, dans son aspect le plus puissant et le plus positif, 
est proche de l'extase, qu'elle soit existentielle, mystique ou philosophique.
 Plus le bleu est clair et plus la conscience est élevée.

Rouge : 
Les rêves en rouge évoquent la chaleur, l’activation, la passion et l’intensité.
Dans les chakras le rouge est la racine, c’est une énergie primitive 
qui s’exprime en termes de survie et d'instinct premier. 
Considérons le rouge intense de sang qui coule dans nos veines. 
Affirmation de la vie, qui coule, 
et activation de notre énergie à un niveau physique.

Le rouge est à la racine de notre psyché. 
Il nous parle de puissance dormante. Pensez au feu.
La capacité du feu est partout autour de nous, 
mais il faut une étincelle pour libérer la puissance. 
Comme dans les volcans : l’énergie d’un rouge ardent est toujours là, 
juste sous la surface.

Les rêves où cette couleur est présente 
sont chargés d'une grande énergie, celle du rêveur ou du moment. 
Mais cette énergie doit être contrôlée, maîtrisée, contenue. 
Elle ne doit pas être répandue, mais transformée. 
Elle peut être dangereuse.
C'est pour cela que le rouge est parfois un signal de danger. 
Le feu rouge arrête une action

Rose
C'est une couleur délicate qui représente 
le romantisme, la séduction, la féminité et la jeunesse. 
En outre, l’expression « voir la vie en rose » en dit beaucoup. 
À cela, il caractérise aussi le bonheur et la tendresse.

Le rose est la couleur de la chair, de la matrice, du ventre originel. 
Dans certains rêves, la couleur rose évoque le processus d'incarnation, 
le passage de l'âme dans un corps de chair.
Le rose symbolise la naissance, mais aussi la renaissance.

Enfin, le rose est traditionnellement la couleur des petites filles. 
C'est un univers de fillette qui est symbolisé 
quand des vêtements roses sont présents. 
Si ces vêtements sont trop petits, 
c'est que la rêveuse s'attarde dans le monde de l'enfance.

Le rose est presque toujours lié à l'univers féminin.

Jaune ou doré 
La couleur jaune dans les rêves évoque  la centralisation, 
la concentration, la conscience et nous rappelle notre rôle 
en tant qu’êtres humains dans le contexte global.
Considérez les tons jaunes du soleil, 
et comment cette étoile centrale est le centre de notre existence.

Nous considérons le chakra centre (plexus solaire), 
qui est également jaune et régit notre volonté
et même notre sentiment d’identité. 
Certaines des premières fleurs à éclater d’une longue dormance 
sont jaunes (pissenlits, jonquilles, narcisses), 

Le jaune est la couleur la plus intense,
celle du soleil, de sa lumière.
Le jaune est symbole de richesse, de fertilité.
C'est la couleur du miel, des épis de blé et du maïs.
Mais le jaune est avant tout la couleur de la connaissance. 
La connaissance est lumière. 
Elle devient alors celle de l'or qui rayonne. 
La connaissance est une richesse. 
Le jaune éclaire et donne une coloration très positive au rêve.

Le jaune moins vif, moins rayonnant, fade ou terne, 
peut parfois être synonyme de trahison.

Vert
Peu remarquée, la couleur verte est la plus présente dans les rêves,
 comme dans la nature. Couleur de la végétation, le vert s'y dissimule.
 Le vert est apaisant. Il est porteur d'une énergie douce et sereine, 
celle des cycles de la nature, de la vie qui renaît sans cesse. 
Cette couleur est régénérante.

Le vert symbolise l'espoir, la paix et le renouveau, la renaissance.
Les significations de la couleur verte dans les rêves 
nous fait souvent aller dans le sens de la croissance, de la guérison, 
de l’amour, du don, et de l'inspiration.

Lorsque nous rêvons de vert, nous vivons 
des niveaux de guérison et de croissance qui sont subtils.
Il est temps de se concentrer sur les domaines de notre vie
 qui ont besoin de s’épanouir.

Plus rarement, le vert peut évoquer la menace, la folie, le destin...
ou la sorcellerie (yeux verts).

Gris
À mi-chemin entre le blanc et le noir, ses géniteurs, 
le gris est une teinte plutôt fade, associée à la monotonie, à la tristesse.
Cette teinte a cependant le mérite d'être douce, plutôt apaisante et calme.

Blanc :  
C'est une couleur particulièrement ambivalente.
Synonyme de pureté, il évoque aussi,
quand il est trop présent...le vide, la solitude...
et parfois, dans certaines cultures ou certains rêves,  la mort.
Noir
Le noir est symbole d'obscurité, d'inertie.
C'est la couleur des énergies stagnantes, 
des forces qui attirent vers le bas.
 C'est la couleur de l'indifférencié, ce qui n'est pas encore reconnu 
et qui échappe à la conscience.

Il contient en lui toutes les autres couleurs qu'il absorbe. Il en possède leur multiplicité.
Le noir est aussi la couleur de la terre fertile sur laquelle tout peut pousser.

.
Base de cet article : ICI
.


Sur la complexité du symbolisme des couleurs :




samedi 11 mars 2017

Le symbole du chat

Samedi 11 mars 2017


L'essence symbolique du chat, c'est le mystère et la liberté.
la notion de mystère et celle de liberté sont, par nature, infinies !
Un symbole qui exprime la disponibilité pour la métamorphose 
ne peut pas être soumis aux limitations que propose une volonté normative.

A la fois mystérieux et familier, infiniment lointain et très proche, 
le chat  inspire, dans les rêves contemporains, 
des compositions qui reflètent cette ambivalence. 
Il s'installe avec les mêmes fréquences parmi les images 
explicitement liées aux mystères de l'Egypte antique 
et dans les scènes relatives à la constellation familiale 
du rêveur ou de la rêveuse.

Le chat, dans l'univers onirique, 
demeure dans tous les cas le symbole type de l'évolution vitale,
 de l'affranchissement des formes, de la flexibilité d'être, 
de la disponibilité pour les métamorphoses de l'âme.

Le rêve associe le chat au tigre et au lion, parfois à la panthère. 
Les félins sont avant tout des représentation de la souplesse, 
de l'élasticité de la forme, du mouvement libre et imprévisible.
Littéralement, ils incarnent la transformation.

Réplique formelle des grands félins, le chat place à portée du rêveur, 
à dose supportable, la dangereuse ambivalence du fauve, 
celle qui alimente tous les rêves de la griffe et de la fourrure, 
du risque et de la caresse.
.
Georges Romey
"Le guide des rêves"
.



Le chat domestique descend du chat des anciens Egyptiens
et, jusqu'au XVIème siècle, il était rare en France, 
au point qu'on le mentionnait dans les inventaires.

Quelques comportements caractéristiques donnent au chat 
son importance symbolique. 
Nous en énumérerons quelques-uns.

Le chat refuse catégoriquement de se laisser dresser. 
S'il demeure fidèle au logis familial, par contre, il dédaigne 
de s'attacher à une personne comme le fait le chien à son maître. 
Personne ne peut porter atteinte à sa dignité qui s'impose. 
"Le chat perd ses poils mais pas ses manières", 
dit un proverbe hollandais.

Le chat est délicat et susceptible. Il refuse toute nourriture souillée 
et , toujours sur ses gardes, est suffisamment méfiant
 pour qu'il soit à peu près impossible de l'empoisonner.

Par sa douceur, sa souplesse, sa grâce féline, le chat, même mâle, 
apparaît comme typiquement féminin : "ma petite chatte!", une "chatterie"...etc. 
En cela, il évoque, et de nombreux poèmes le confirment, la fonction sentiment.

Cependant, gourmand, câlin, caressant, on peut aussi dire 
que le chat est champion de "l'attachement sensuel au monde". 
Il peut aussi bien solliciter une caresse de ses maîtres 
que se frotter au coin d'une table basse. 
Peu importe pourvu que son soudain besoin de câlineries soit assouvi. 
Rivarol disait : "Le chat ne nous caresse pas, il se caresse à nous!"


Le chat nous frappe par sa fécondité 
et la mère chatte par son amour pour ses petits
Tous les deux crient leur désir de s'unir en la saison des amours. 
Leur rencontre s'accompagne de toutes sortes de rites, de feintes, 
de jeux et leurs clameurs amoureuses peuvent réveiller tout un quartier...

Le regard du chat est inflexible. capable de voir dans l'obscurité, 
le chat est plus nocturne que diurne et, par cette caractéristique, 
nous paraît supérieur comme s'il était aussi à l'aise
dans les ténèbres de l'inconscience 
que dans la clarté de la conscience. 
Il est donc le compagnon des "voyantes" extralucides.

La richesse nerveuse et la vitalité du chat sont surprenantes (...) 
Cette faculté d'accumulation de la force vitale vient sans doute 
de la position prise par cet animal pour dormir. 
Le sommeil étant l'une des occupations favorites du chat, 
le corps de celui-ci reste roulé en cercle 
pendant une grande partie de son existence.


Les adeptes du hatha -yoga savent que cette position 
régularise la circulation du fluide vital, facilite son assimilation 
et empêche sa dispersion et sa déperdition par les extrémités du corps 
comme chez les autres animaux.
Ces différentes raisons avaient conduit les hiérophantes 
à proposer le symbole du chat à la méditation 
des candidats à l'initiation.
(...)
Depuis la plus haute Antiquité, le chat est associé à la lune
Comme notre satellite, il "voit" la nuit et son oeil se modifie 
suivant l'intensité de la lumière solaire, rappelant ainsi les phases de la lune; 
en outre, la lune, comme le chat est, la plupart du temps, associé au "féminin". 

.
Dans les rêves :

Le chat peut être associé au "féminin" en nous, 
c'est-à-dire à la vie érotique et émotionnelle.
Si le chat du songe montre une attitude neutre ou amicale, 
les dispositions intérieures du rêveur sont en accord
avec ses pulsions sexuelles, 
ses instincts de plaisir et de jouissance de la vie.
De tels rêves surviennent classiquement 
après une série de rêves négatifs de chats 
et témoignent d'une réconciliation du rêveur avec lui-même.
(...)
Le chat de nos rêves nous indique où nous en sommes 
avec notre "plénitude de vie", cet optimum vital
dont le besoin entraîne notre évolution.
.
Jacques de La Rocheterie
"La symbologie des rêves"
.



En raison de sa surprenante capacité à échapper
au danger et à la mort,
le chat est réputé avoir "sept vies"...
.
On dit aussi de lui qu'il a la capacité d'absorber les énergies négatives,
de protéger des maladies et de faire fuir de la maison les mauvais esprits...
.
Dans la mythologie, les chats ont été associés
avec les anciens dieux de la fertilité païens.
Ils étaient un symbole de la Terre Mère
et représentaient la puissance et la sagesse de la Nature.

Les chats étaient sacrés pour les Egyptiens,
en tant que gardiens des âmes des morts.
.
Sources diverses
.



L’intervention du chat, dans nos rêves, a presque toujours une influence positive
La superstition affirme que rêver de chats annonce une brouille, une destruction. 
Ce n’est pas totalement faux, mais encore faut-il nuancer.

Lorsque le chat du rêve se montre agressif ou dangereux, 
il n’y a pas menace, mais avertissement et mise en garde. 
Nous ne sommes pas en harmonie avec notre intuition profonde 
et nous canalisons mal l’énergie lunaire. 
Pire, nous nous laissons fasciner par des illusions trompeuses, 
génératrices de déséquilibre mental.

Mais il faut savoir que l’intervention du chat dans le rêve 
ne peut avoir qu’une bonne influence. 
Son apparition annonce une prise de contact avec la nature, 
une mise en rapport avec les pouvoirs de la lune, 
avec le principe féminin cosmique
et un apport de nouvelles forces vitales.

Celui ou celle qui rêve des chats, 
et dont le contact avec l’animal onirique est positif, 
apprendra à tirer le meilleur parti de son imagination; 
il verra s’épanouir sa vitalité, 
et sentira en lui l’éveil des dons de création.
.
Robert de Laroche
« Le chat dans la tradition spirituelle »
.


mercredi 8 mars 2017

Le symbole de l'oiseau

Mercredi 8 mars 2017



Animal céleste par excellence, 
il représente souvent nos aspirations les plus élevées, 
notre part spirituelle.

L'Islam en a d'ailleurs fait le symbole de l'ange 
tandis que le monde celtique le considérait comme un messager des dieux.

En outre, l'acuité visuelle de nombre d'oiseaux leur confère une lucidité symbolique, 
d'autant que certains sont capables de voir la nuit et de percer les ténèbres.

Mais il est évident que la symbolique d'un corbeau, d'un aigle 
ou d'une mouette est bien différente 
et c'est en ce sens   qu'on considère que l'oiseau vu en rêve 
représente la personnalité du rêveur. 

Il faut aussi tenir compte de sa couleur; 
ainsi, l'oiseau blanc de nos rêves est un élément pacificateur 
et exprime souvent le désir de mettre fin aux situations conflictuelles, 
tandis que l'oiseau noir est lié aux ténèbres 
et fait souvent allusion à des crises intérieures.

L'oiseau blessé, à l'aile brisée, 
témoigne d'un désir contrarié d'évasion ou d'élévation. 
Un élément du rêve nous permet-il de voir 
quelle est l'origine ou la nature de sa blessure 
pour nous permettre de comprendre 
ce qui nous empêche de nous envoler ?

Un oiseau maltraité qu'on a envie de recueillir et de réchauffer 
n'est souvent que la projection d'une part blessée de nous-mêmes. 
Le rêve nous invite à nous en occuper, à lui donner de la chaleur.
.
Michel Mennig
"Ce que disent vos rêves"
.



L’oiseau symbolise l’esprit ou l’âme du rêveur,
cette partie de lui qui échappe à la matière.

 L’oiseau est un symbole céleste, qui s’oppose au serpent,
seulement capable de ramper.
Il est associé à l’élément air et au mental
alors que le serpent est associé à la terre et aux instincts.

Associé à l’âme dans la tradition égyptienne (Ba),
 il peut représenter l’âme du rêveur comme celle d’un disparu.

Alchimiquement, l’oiseau est attaché aux métamorphoses de l’âme.

L’oiseau est un aspect important de notre personnalité.
Les couleurs de son plumage sont importantes
ainsi que l’espèce si elle est précisée.

Son chant est traditionnellement associé au langage des dieux.
C’est un langage qui ne peut être compris consciemment.
.
Tristan Moir
"Dictionnaire des rêves"
.


samedi 4 mars 2017

Rêve 45 : L'oiseau bleu et le chat

Samedi 4 mars 2017


Je me promène sur un chemin de terre, c'est le coucher du soleil, 
tout est vallonné, et paisible, autour de moi. 
Je me sens apaisée.

Alors que je regarde un arbuste vert, 
un superbe oiseau bleu vient se poser sur ma main. 
Je n'ai absolument pas peur ...

Pour moi, je ressens que c'est un messager du ciel, 
un ange gardien à ce moment précis du rêve, 
alors je lui caresse la tête  
(il a une petite tache noire sur la tête)
et il se laisse faire.
Je me sens incroyablement bien ...

Mais pendant que je caresse l'oiseau bleu sur la tête, 
un chat gris clair style angora, me frôle les jambes avec ses pattes 
pour que je le caresse aussi.
Ce que je fais aussi, je caresse l'oiseau bleu
et le chat gris clair en même temps. ..

Puis ayant peur que le chat ne veuille attraper l'oiseau bleu, 
je demande à ce dernier de s'envoler. 
L'oiseau bleu me caresse alors tendrement de sa tête 
puis s'envole très haut si bien que je ne le vois plus, 
et je me suis réveillée ...
.
Rêve reçu par Maria
le 3 mars 2017
.
P-S : Après vérification, je viens de trouver la race de mon oiseau bleu :
c'est un évêque bleu noir ! 
Mais il était plus bleu encore dans mon rêve, un bleu azur.


vendredi 3 mars 2017

Interprétation du rêve "Le serpent bleu étoilé"

Vendredi 3 mars 2017


Après avoir "médité" ce rêve (et laissé le temps et la vie m'apporter, 
au fil des semaines et des mois, des réponses...),  
je me risque à une petite interprétation...

Le "grand serpent" croisé en songe est immense, vraiment immense, 
il est d'une taille si imposante (une dizaine de mètres de diamètre 
et sans doute des centaines de mètres en longueur") 
qu'il ne peut pas, raisonnablement, être attribué à une "personne"...
Si, comme tous les serpents, il représente une énergie, 
ce ne peut être qu'une énergie sur-humaine, 
une énergie qui dépasse l'être humain.




Or, j'ai souvent croisé, dans ma vie et dans mes recherches une telle énergie : 
c'est l'énergie dont parle Henri Vincenot dans ses livres, 
c'est l'énergie de la Vouivre , l'énergie tellurique
(une  énergie que les sourciers et les géobiologues connaissent bien).

Cette énergie affleure à certains endroits, et ces endroits particuliers, 
ces "carrefours d'énergie" où plusieurs courants souterrains se croisent, 
sont des lieux particulièrement chargés énergétiquement, 
qui sont connus depuis la nuit des temps.
On y a construit, depuis toujours, des édifices sacrés...
Depuis les dolmens du temps des celtes 
jusqu'aux constructions plus récentes (églises, cathédrales), 
les hommes ont inlassablement cherché à utiliser 
et à canaliser cette énergie pour en recueillir les bienfaits 
( ressourcement, guérison...).


Dans le rêve, le serpent "monte"dans un clocher...
et cela m'évoque le fait que cette "énergie terrestre " 
est "accueillie" dans un lieu sacré, qu'elle le vivifie, 
et ainsi, "élève" et réveille les facultés spirituelles de ceux qui s'y trouvent. 
Le bleu est d'ailleurs la couleur du ciel, du "spirituel".

Il s'agit d'une "élévation" (peut-être vibratoire) qui est plus ou moins similaire 
à une "montée de kundalini", mais à un niveau supérieur, 
c'est-à-dire non individuel, mais collectif.

Ainsi, le "grand serpent" serait en lien avec la "kundalini terrestre" 
(pas très connue, celle-là, mais il y a quand même quelques ouvrages sur le sujet), 
avec cette énergie gigantesque qui s'est déplacée,
et affecte, en ce moment, toute la population mondiale, 
"élevant" le niveau spirituel de l'humanité dans son ensemble.


Cela serait en lien avec une grande transformation 
(le serpent évoque toujours une transformation profonde), et même une "mutation". 
Une mutation intérieure à laquelle chacun est appelé, 
mais qui peut, par son ampleur, susciter une certaine "crainte".

C'est bien à cette crainte que je succombe (avec ma fille) dans le rêve, 
en cherchant un endroit exigu où me cacher, où me "terrer".


Le fait que ce soit moi et ma fille qui apparaissions dans cette scène 
me ramène aussi au "Féminin". 
Il semblerait que ce soient les femmes qui, en premier, 
"ressentent" et "devinent" ce qui est en train de se passer...
et que ce soient elles qui soient, aussi, les plus concernées 
par cette "transformation" des coeurs et des esprits. 
L'avenir sera, n'en doutons pas, le résultat 
de l'action d'une énergie beaucoup plus "féminine" 
que celle que nous connaissons depuis des siècles.

Le grand serpent bleu du rêve est aussi un serpent "étoilé", 
et donc un serpent "cosmique". 
En tant que tel, il évoque les grands cycles de transformation...et d'évolution.
Ces "grands cycles"  (Cf Vishnu) sont ceux qui président régulièrement 
à la mort d'un monde ancien et à l'émergence  d'un nouveau monde.
Comme  l'astrologie nous l'apprend, 
ce sont les "étoiles" qui marquent le rythme de tels cycles 
et qui annoncent les changements 
(par exemple la nouvelle ère du Verseau).



Quand le "ciel" marque l'avènement de toutes nouvelles "énergies", 
il convient d'être "prêt" à les accueillir , 
et cela demande une transformation personnelle 
assez conséquente. 
Si l'on n'est pas tout à fait prêt,
on ne peut qu'avoir peur et essayer de fuir.

Pour résumer, je dirais donc que ce rêve pourrait montrer que nous sommes en ce moment 
dans une phase de mutation, une phase de "changement de monde", 
phase pendant laquelle de très puissantes forces de transformation sont à l'oeuvre...
et que ces forces à la fois terrestres et célestes (représentées par le serpent bleu) 
sont en train d'"élever" le niveau  spirituel...




Face à cela, et aux événements qui ne vont pas manquer
 d'accompagner cette évolution radicale, 
on peut ressentir une certaine crainte...
mais si l'on comprend ce qui se passe réellement, 
on peut aussi trouver en soi la motivation 
pour effectuer les transformations "intérieures" 
qui permettront d'accueillir tout cela 
avec plus de paix et de sérénité.
.
La Licorne
.




jeudi 2 mars 2017

Le grand serpent sacré, cosmique, infini et éternel

Jeudi 2 mars 2017


L'Infini, l'éternité, le Tout

Dans la mythologie grecque, l'Ouroboros est un serpent
(ou un dragon selon les représentations) "qui se mord la queue"
pour former un tout indifférencié.
Il est la perpétuelle rénovation de la nature.

Symbole de l'infini,
il est l'union entre la fin et le commencement,
le commencement et la fin.



Ce Serpent qui se mord la queue peut être retrouvé dans de nombreuses cultures.
Il encercle la tortue qui supporte les quatre éléphants
qui à leur tour portent le monde dans la mythologie indienne...

En alchimie il est le symbole de l’unité de toute chose :
rien ne se crée, rien ne disparaît mais tout se transforme.

Il encercle le monde et protège l'Arbre Yggdrasil 
dans la cosmologie nordique.




Il fut également repris par les mathématiciens pour dessiner la lemniscate,
ce huit couché symbole là encore de l'infini.


L’Ouroboros est comparable au serpent Ananta,
l'infini qui soutient l'univers et la création et sur lequel repose Vishnu,
le principe divin maintenant la création dans son unité,
le principe préservateur et régénérateur de la création.

Ce principe régénérateur est
le cycle perpétuel de l'Univers
s'auto-générant et s'auto-détruisant,
cycle infini et complet des énergies
manifestées et non manifestées,
 cosmiques et extra-cosmiques.

Ananta est le gardien au niveau cosmique
du déroulement de l'évolution jusqu'à son achèvement complet.



C'est sur ce "serpent à mille têtes" que Vishnu
se repose et médite entre deux kalpas,
c'est-à-dire après la dissolution d'un univers ancien
(provoqué par Shiva),
et en attendant que Brahmâ renaisse
à nouveau de son nombril
pour créer un univers nouveau...

Il représente le cycle 
de la naissance et de la mort cosmique
répété à jamais...


Illustration Livre Rouge p 54


Traduction du texte écrit en gothique 
au-dessus du dessin :

"Amen, tu es le Seigneur du commencement.
Amen, tu es l'étoile de l'Orient.
Amen, tu es la fleur qui fleurit au-dessus de toutes.

Amen, tu es le cerf qui jaillit de la forêt.
Amen, tu es le chant qui retentit au loin par-dessus l'eau.
Amen, tu es fin et commencement."
.
C.G. Jung
"Livre rouge"
.


mercredi 1 mars 2017

Le serpent tellurique et les lieux de culte

Mercredi 1er mars 2017

Le Grand Serpent étant avant tout 
"Force de Vie" et "Energie vivante",
il se laisse difficilement enfermer dans une définition...
ou dans une interprétation limitée ou réductrice.
Il déborde de tous les cadres
et apparaît souvent là où on ne l'attend pas...
Certains ont néanmoins essayé 
d'approcher à leur façon son profond Mystère...


Dans son livre "Les étoiles de Compostelle",
Henri Vincenot évoque ainsi sans cesse la Vouivre,
cet immense serpent souterrain
correspondant au courant tellurique terrestre.


Selon lui, les Vierges Noires ont été vénérées 
comme des symboles astronomiques 
de ces courants d’énergie souterrains.


Les lieux où l’on adorait les Vierges noires
n’étaient pas choisis au hasard. 
Aux yeux des Celtes, la Terre était un organisme vivant,
 la Grande Mère, d’où procédait toute vie.


Comme un corps, la Terre était nourrie 
par tout un réseau d’artères cachées sous sa surface.
 Le réseau terrestre était parcouru par une énergie impalpable.

Cette énergie et les courants qui la portaient avaient un nom : 
c’était la Vouivre, le « serpent ».


Les points de rencontre de plusieurs de ces artères 
devenaient des lieux sacrés
reconnus comme « centres d’énergie », 
aux propriétés bienfaisantes (santé, fertilité, guérison…).

Ecouter de  12 mn à 18 mn

Tous ces points de rencontre étaient signalés, 
quelle que soit leur importance, 
par un menhir ou une statue sacrée.



Les Vierges Noires marqueront
les plus importants carrefours de la Vouivre. 
Dans certains lieux de culte chrétiens, 
il est encore possible de voir l’antique menhir 
qui marquait le pèlerinage païen. 

Souvent, l’autel même sur lequel se déroule la messe 
est fait de l’ancienne pierre sacrée.


Les déesses -mères, comme Isis,
étaient souvent souterraines.
Les vierges noires en sont les héritières...


.
Dans les temps reculés, il y eut sans aucun doute en France
de nombreux endroits de culte à la Terre-Mère
dont le serpent est l'attribut :

L'association du serpent avec le féminin,
tout particulièrement avec la déesse-mère,
a pour origine son mouvement ondulatoire,
dont les sinuosités évoquent le rythme vital de la terre.
.

Là où la Vouivre affleure se trouvent
des réserves d'énergie vitale
tant il est vrai que, dans tous les pays,
les lieux sacrés sont ceux
où l'homme peut encore se "recharger"
en se laissant pénétrer
par les énergies de la Terre.
.