lundi 28 août 2017

Multiples dimensions

Lundi 29 août 2017

Vous êtes plus complexe que vous ne le supposez a priori.  
Si vous pouviez vous apercevoir comme vous verrait un voyant, 
vous vous verriez en forme d'oignon, 
comportant des couches successives d'énergie et de conscience
allant d'un noyau dense et lent, jusqu'à des couches externes plus vastes.


Chacune des couches successives, 
qu'on peut appeler dimension, corps, plan ou zones (...), 
inclut davantage d'espace et de temps et vibre à une fréquence plus élevée. 
Si vous pouviez voir ces couches comme des couleurs, 
vous seriez comme un arc-en-ciel 
et si vous pouviez les entendre, vous ressembleriez à un arpège.
Cet ensemble forme le corps de connaissance de votre âme ; 
c'est votre identité supérieure, le territoire de vos rêves.

Le monde physique n'est que l'un des mondes innombrables 
auxquels vous avez accès.
Vous habitez le monde physique et vous l'appelez "réalité", 
mais quand vous rêvez la nuit, 
quand vous méditez ou quand vous avez des rêves tout éveillé, 
vous ouvrez votre "zoom" et passez à une vision plus large 
englobant d'autres mondes de dimension supérieure.
Les rêves sont des instantanés pris dans ces autres dimensions.
(...)
A tout moment, vous êtes actifs dans toutes vos dimensions. 
Mais, à l'état de veille, c'est le monde physique qui passe pour réel, 
et donc c'est le seul auquel nous faisons attention. 
Supposant qu'il n'existe rien d'autre que la réalité physique, 
les gens ne pensent pas à voir au-delà 
ni à rechercher ce qu'il pourrait y avoir sous la surface.

Inversement, comme la conscience normale de l'état de veille 
disparaît quand nous dormons, 
nous avons tendance à penser que notre activité nocturne n'existe pas, 
est irréelle ou sans importance.

Les rêves ne sont ni logiques, ni mesurables, ni solides : 
ils obéissent à des règles entièrement différentes 
de celles qui gouvernent notre existence terrestre, tridimensionnelle.
C'est pourquoi, bien que nous soyons endormis à peu près un tiers de notre vie,
 nous avons du mal à garder la mémoire de ce qui se passe pendant ce temps. 

C'est à mon avis parce que nous avons la fâcheuse habitude 
de définir la réalité de l'état de veille comme "consciente" 
et celle du sommeil comme "inconsciente".
Ces définitions entraînent que dès lors que nous atteignons des régions plus élevées 
que cette réalité à l'état de veille, en rêve ou dans la journée, 
tout s'efface.

Les choses se passent comme si le fait de vous souvenir de vous-même 
dans une configuration de votre être  vous faisait vous oublier dans une autre. 

Ainsi, lorsque vous rêvez, vous oubliez temporairement votre réalité physique 
et vous vous rappelez de vous comme ayant une réalité spirituelle, mentale ou mystique. 
Vous pouvez, en rêve, voler, tomber, vous déplacer à toute vitesse et nager. 
Au réveil, vous oubliez le monde du rêve pour recréer le monde physique, 
dans lequel votre corps doit marcher pour atteindre la cuisine et se nourrir.

Il est cependant courant d'être éveillé dans la réalité quotidienne 
tout en étant en même temps actif dans d'autres dimensions du moi. 
Lorsque cela arrive, vous appelez cela "perdre conscience", 
"avoir une absence", "quitter son corps". 
L'expression "personne à la maison" est née pour désigner des gens 
qui explorent d'autres dimensions tout en étant éveillés. (...)


Quand vous perdez la mémoire, c'est parce que vous avez visité d'autres dimensions 
sans emmener avec vous votre "bulle de perception", votre conscience
Vous n'étiez plus centré, vous êtes entré dans l'inconscient, 
cette partie de vous-même que votre conscient n'a pas encore explorée. 
C'est pourquoi vous ne gardez pas le souvenir de ce que vous y avez fait. 
Les allées et venues continuelles servant à visiter 
les vastes espaces de connaissance de l'âme dans les autres dimensions 
sont considérées par la plupart des gens comme des moments d'absence, 
de rêve éveillé ou d'inattention.
(...)

Pour mieux vous souvenir de vos activités oniriques, 
dites-vous que les dimensions supérieures de votre être 
font normalement partie de vous-même 
et persuadez-vous que vous pouvez vivre plusieurs expériences en même temps
Par exemple, être conscient simultanément de votre et de vos émotions 
-pourquoi ne pourriez-vous pas aussi percevoir à la fois le monde physique 
et les perspectives de votre âme ? 
Ou vos émotions et les croyances qui provoquent ces émotions ?

La plupart des cultures anciennes croyaient 
pour s'envoler vers les ancêtres ou les dieux, 
et ramener le matin des informations utiles.

Le penseur français Michel Foucault, dans l'essai publié en 1954 
sous le titre de Rêve, Imagination et Existence, va encore plus loin dans ce sens. 
Pour Foucault, le rêve est la cause de l'imagination de l'homme  et non l'inverse
et les rêves commencent à la source de l'existence individuelle, avec l'âme. 
Il croit que lorsque la conscience (la personnalité) est endormie, 
l'existence (l'âme) s'éveille.
(...)


Je voudrais étendre cette idée encore plus,
et effacer l'opposition entre les deux états de pensée
pour les fondre en une expérience totale englobant les deux.

-Tout d'abord, l'âme ne quitte pas le corps pendant le sommeil :
la conscience est simplement inhibée comme par une sorte d'hypnose,
je crois qu'il est possible de se rendre dans les régions du sommeil
en emportant la conscience avec soi.

-En outre, je pense que la conscience éveillée des gens
et la conscience de leur âme ne sont plus aussi distinctes qu'elles semblaient l'être.
Aujourd'hui, les gens commencent à éprouver simultanément
la conscience éveillée et la conscience de leur âme,
dont la fusion semble inexorable.
(...)

Vous pouvez donc avoir conscience de votre âme en étant éveillé (*),
et rester conscient lorsque vous vous trouvez 
dans les régions jusqu'ici inconnues de votre âme (**)
(...)

Penney Peirce
"Les rêves"
.

(*) Rêve "éveillé"
(**) Rêve "lucide"


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire